VOLUME 9, NUMÉRO 7, 30 SEPTEMBRE 2016

Slider accueil 1-750xOrchestreV2
Slider accueil 1-750xRue
Slider accueil 1-750xchant

Toute la culture qu’on peut souhaiter !

pour les 20 ans des Journées de la culture

Pour une 20e année, l’arrivée de l’automne marque le retour des Journées de la culture. Cet évènement panquébécois, coordonné par Culture pour tous, se tient cette fin de semaine (30 septembre, 1er et 2 octobre). Dans la MRC de Drummond, plusieurs artistes, artisans et organismes convient la population à des activités gratuites pour s’imprégner de la vitalité culturelle qui caractérise notre région. Les rendez-vous suivants sont proposés :

 

Galerie Axart

LAB 219. Laboratoire d’expérimentation artistique multidisciplinaire. Les spectateurs sont invités à participer aux différentes formes d’art présentées. Samedi, de 12 h à 17 h.

 

219, rue Heriot, Drummondville

819 477-0278 • www.axart.ca

 

Cercle de fermières de Saint-Simon

À la découverte de l’artisanat. Démonstration de tissage, de tricot et de broderie. Possibilité d’essayer un métier à tisser. Dimanche, de 10 h à 16 h.

 

Tricoter avec les bras. Atelier de tricot permettant d’apprendre à tricoter un foulard en utilisant seulement ses bras. Dimanche, de 13 h 30 à 15 h.

 

325, rue Cockburn, Drummondville

819 474-3000 • www.cfqfederation07.com/cercles/saint-simon

 

Atelier-école Nabé

Fais-moi un dessin. Démonstration et expérimentation du dessin avec Nancy Bélisle et ses élèves de tous les niveaux et de tous les âges. Samedi et dimanche, de 10 h à 16 h.

 

Marché La Tradition

2085, boulevard Saint-Joseph, Drummondville

819 474-5288 • www.nabeartiste.net

 

Musée populaire de la photographie

Photomaton, l’image instantanée. Présentation de l’historique de la photographie instantanée ainsi que des appareils et activité interactive de simulation du Photomaton. Vendredi et samedi, de 13 h à 16 h.

 

217, rue Brock, Drummondville

819 474-5782 • www.museedelaphoto.info

 

Studio Janet London et Les Jardins Saint-Bonaventure

Art et terroir. Exposition, démonstrations artistiques et création d’une œuvre en direct par l’artiste Janet London et ses invités. Visite des jardins et des champs cultivés. Vendredi, samedi et dimanche, de 11 h à 17 h.

 

683, route 143, Saint-Bonaventure

819 396-1301 • www.janetlondon.ca

 

Evelyn Losier et Rel’art

Party de peinture. Participation à la réalisation d’une œuvre collective de façon amusante avec l’artiste peintre Evelyn Losier. Dimanche, de 10 h à 16 h.

 

251, rue Savignac, Saint-Germain-de-Grantham

819 388-0516 • www.relart.ca

 

Bibliothèque Le Signet et écoles primaires

Exposition des créations collectives de nos enfants. Exposition d’immenses créations collectives des élèves du primaire sur le thème de la rentrée des classes : Le soutien du comportement positif. Dimanche, de 10 h à 16 h.

 

299, rue Notre-Dame, Saint-Germain-de-Grantham

819 395-4047

 

Nature 2 Art

Créer-imaginer-chanter. Découverte de la complicité des artistes Sylvie Savoie et Luc LeClerc dans leurs ateliers respectifs et présentation de leurs duos qui intègrent une œuvre peinte à un vitrail. De plus, Luc LeClerc interprétera quelques compositions à 14 h et à 15 h. Samedi et dimanche, de 13 h à 17 h.

 

181, rue de la Seigneurie, Saint-Lucien

819 479-8034 • www.nature2art.com

 

Atelier de Christian Parenteau

Mosaïque collective. Visite de l’atelier, explication des méthodes de fabrication et réalisation d’une mosaïque collective avec Christian Parenteau. Vendredi, samedi et dimanche, de 10 h à 17 h.

 

230, rue David, Saint-Lucien

819 397-2502 • www.mosaiquecri.com

 

La programmation complète pour tout le Québec est disponible au www.journeesdelaculture.qc.ca.

Le Festival de la canneberge de Saint-Lucien est né

Les 7 et 8 octobre prochains se déroulera le tout premier Festival de la canneberge de Saint-Lucien. Depuis plusieurs années, la Municipalité de Saint-Lucien tenait à organiser un événement distinctif mettant en valeur un produit agroalimentaire identitaire de son territoire : la canneberge. Le vendredi, à 17 h, les gens seront accueillis pour un 5 à 7 aux saveurs de la canneberge. Suivra, dès 20 h, une prestation du groupe Kermess puis de The Berry Shandy, avec un hommage à The Cranberries. Le samedi, dès 10 h, les gens pourront visiter en autobus une cannebergière, découvrir un musée à ciel ouvert, assister à la cueillette de la canneberge, déguster des produits du terroir et se procurer des produits d’artisans locaux. Les enfants auront accès à divers jeux et tous pourront assister à un concours culinaire sous la présidence d’honneur de Dorothée Lessard, animatrice de l’émission Saveurs et plaisirs d’ici à CogecoTV. À 20 h, le groupe local West sera en spectacle, suivi du compositeur-interprète Yann Perreault. Des macarons sont disponibles au coût de 10 $ pour tout le festival au dépanneur de Saint-Lucien et dans divers points de vente, dont les supermarchés IGA. L’événement est gratuit pour les moins de 12 ans.

Lancement de la nouvelle programmation de la Maison de la culture de L’Avenir

Le 22 septembre dernier, de nombreuses personnes étaient réunies à la Maison de la culture de L’Avenir pour assister au dévoilement de la programmation automne/hiver. Une grande variété d’artistes s’y produiront. Les premiers spectacles sont : Marjo, le 8 octobre, Leboeuf–Deschamps, le 22 octobre, et Bernard Adamus, le 12 novembre. De plus, le vernissage de la première exposition de l’année se déroulait à cette occasion. C’est l’artiste multidisciplinaire Denis Boucher qui présente plusieurs de ses œuvres récentes, et ce, jusqu’au 31 octobre. Pour connaître la programmation complète et effectuer l’achat de billets en ligne, il suffit de visiter le www.maisondelaculturedelavenir.com.

Publication de la troisième édition du répertoire d’artisans et de boutiques de métiers d’art de la MRC de Drummond

La MRC de Drummond annonce la parution d’une nouvelle version de son répertoire d’artisans et de boutiques de métiers d’art. Ayant pour thème L’art de transformer la matière, cette publication améliore la visibilité des créateurs du secteur des métiers d’art et favorise l’achat d’œuvres réalisées localement, tant de la part de la population de la MRC que de la clientèle touristique. De nombreux artisans, lieux de diffusion et points de vente composent cette troisième édition du répertoire. Ce sont Christian Parenteau (céramique), le Cercle de fermières de Saint-Simon (textile), l’Atelier Ricard-Tessier et Nature 2 Art (verre), l’Atelier cuir et couture (cuir), Poterie d’Estelle (poterie), Réjean Pétrin (art populaire) de même que la Nurserie chez Guylou et Rel’art (matières diverses). Imprimé à 4000 exemplaires, le répertoire est distribué par l’entremise de Tourisme Drummond et de son réseau de présentoirs. Il est également possible de se le procurer au siège administratif de la MRC ou de le visualiser dans sa version électronique depuis le www.mrcdrummond.qc.ca/artisans.

Un nouvel atelier-galerie et un magasin d’art pour Robert Poirier

L’artiste peintre Robert Poirier a ouvert récemment son atelier en plein cœur du centre-ville de Drummondville, soit au 147, rue Heriot. En plus de servir d’atelier pour l’artiste, on y retrouve une galerie d’art. Du matériel d’artistes y est également disponible. M. Poirier souhaite que d’autres artistes et artisans viennent s’y installer pour créer ou diffuser leur art dans ses vastes locaux.

Véronique Tremblay nommée directrice du Service des arts, de la culture et de la bibliothèque de la Ville de Drummondville

La nouvelle directrice du Service des arts, de la culture et de la bibliothèque, Véronique Tremblay, est en poste depuis le 19 septembre dernier. Cette dernière veillera principalement à la saine gestion des budgets ainsi qu’à l’encadrement de la trentaine d’employés que compte ce service. Elle évoluera en étroite relation avec les partenaires culturels du milieu. Son expérience sera notamment mise à profit pour la gestion opérationnelle du déménagement de la nouvelle bibliothèque municipale, dont l’ouverture est prévue au printemps 2017.

Un nouveau conseil d’administration et plusieurs activités pour la Coopérative de solidarité artistique Axart

Plus tôt ce mois-ci, la Coopérative de solidarité artistique Axart a présenté son nouveau conseil d’administration, composé d’artistes et de passionnés des arts. L’organisme, qui a éprouvé quelques difficultés l’an dernier, a retrouvé son élan. Plusieurs activités sont en préparation, dont l’Oktoberfest, une activité-bénéfice qui se tiendra le 20 octobre prochain sous la présidence d’honneur de Dominique Martel, de la Ferme des Voltigeurs. Pour plus de détails, visitez le www.axart.ca.

Hélène Courchesne, administratrice, Evelyn Losier, vice-présidente, François Bolduc, président, Suzette Joyal, trésorière, et Mélanie Hébert, secrétaire. Suzanne Parent, administratrice, était absente lors de la prise de photo.

Une campagne qui va bon train pour l’Orchestre symphonique de Drummondville

L’Orchestre symphonique de Drummondville (OSD) organisait, le 14 septembre dernier aux Vallons de Wadleigh, un événement de reconnaissance afin de rendre hommage et de remercier les donateurs qui ont contribué de façon déterminante au programme de dons 2015-2020. Germain Jutras, président d’honneur, était particulièrement fier d’annoncer que, neuf mois après le lancement du programme de dons, près de 500 000 $ étaient engagés pour la période de cinq ans, grâce à la participation de nombreux donateurs. Pour ce qui est du financement public, l’équipe de l’OSD remercie le gouvernement du Québec pour son soutien par l’entremise du programme Mécénat placement culture. Jamais dans l’histoire de l’organisation une campagne de cette envergure n’avait été entreprise.

Bang Bang, le premier album de Fidel Fiasco, est maintenant disponible

Le groupe drummondvillois Fidel Fiasco vient de lancer son premier album intitulé Bang Bang. Composé de François Imbeault (auteur-compositeur, chanteur, guitariste et batteur) et de Stéphane Samson Lussier (bassiste, chœur et cymbale), le duo propose un album de sept chansons de « musique festive ». Le chanteur de Vilains Pingouins, Rudy Caya, participe d’ailleurs à une chanson. De plus, les acheteurs sont invités à prendre la craie comprise avec le disque et à dessiner une couverture de leur propre cru. Puis, on demande de la prendre en photo et de l’envoyer sur la page Facebook du groupe. Le duo choisira sa préférée pour en faire la couverture officielle du vinyle qui sortira en édition très limitée. On peut se procurer l’album en visitant le www.fidelfiasco.com.

Le groupe West lancera son premier album le 4 octobre prochain

Le groupe West, formé d’Amélie Boisclair et de P.-A. Lemay, lancera son premier album, intitulé By West, le 4 octobre prochain, à 18 h 30, au Looba Café de Drummondville. Le duo propose huit reprises de chansons aux saveurs country-folk. L’album est disponible chez Disques et rubans International. Pour en savoir davantage, visitez le www.west-musique.com.

Pascal Bessette propose un huitième album intitulé J’ai rêvé trop longtemps

Le chanteur l’avenirois Pascal Bessette vient tout juste de faire paraître un huitième album qui s’intitule J’ai rêvé trop longtemps. Après avoir enregistré ses deux derniers albums à Nashville, Pascal Bessette nous revient avec un tout nouvel opus conçu au Québec et au Nouveau-Brunswick. L’artiste reste fidèle à lui-même et à ses racines country en présentant 15 chansons, dont neuf compositions et six interprétations. L’album est disponible en magasin et en ligne.

Croquis préliminaire de l’artiste en vue de la réalisation de ses dessins.

La prolifique auteure jeunesse Priska Poirier s’associe à la SSJBCQ

Toutes les écoles secondaires du Centre-du-Québec sont invitées à proposer à leurs élèves de participer à la 12e édition du concours de création littéraire À la rencontre d’un auteur, orchestré par la Société Saint-Jean-Baptiste du Centre-du-Québec (SSJBCQ). Chaque année, la SSJBCQ demande à un auteur centricois d’écrire le début d’une histoire que les élèves auront à poursuivre. Pour le concours 2016-2017, Priska Poirier, auteure de la série Le royaume de Lénacie, lue dans de multiples classes du Québec et vendue à plus de 75 000 exemplaires, ainsi que de la série Nouvelle terre a accepté de s’associer au concours. Pour plus de détails, il suffit de visiter le www.ssjbcq.quebec ou de communiquer avec Johanne Yergeau au 819 478-2519, poste 113, ou à jyergeau@ssjbcq.quebec.

Un nouveau livre d’art pour l’artiste et poète Mélanie Poirier

L’artiste et poète Mélanie Poirier lancera son livre d’art Un pont entre l’humain et les mots le 15 octobre prochain à sa galerie d’art de Durham-Sud. Le livre présente une série de 12 œuvres picturales de grand format, réalisées par Mme Poirier. De plus, grâce à une collaboration avec le slameur Jean-Michel Fontaine, 21 textes accompagneront les 12 créations. Pour en savoir davantage, visitez le www.galeriemptresart.com.

Michel Langlois publie une nouvelle saga

Michel Langlois propose deux tomes d’une nouvelle saga historique intitulée Il était une fois à Québec. Le premier s’intitule D’un siècle à l’autre et le second, qui sortira sous peu, Au gré du temps. Publiés aux Éditions Hurtubise, les romans de M. Langlois sont disponibles en librairie.

Caroline Barré poursuit sa série L’héritière de Salem

L’auteure Caroline Barré nous revient avec le cinquième tome de la série L’héritière de Salem, qui a pour titre Les Mémoires d’Abigail. Publié par Québec-Livres, le roman sera bientôt disponible en librairie. Une bande-annonce peut être visionnée en cliquant ici.

Carl Rocheleau publie deux nouveaux livres jeunesse

L’auteur Carl Rocheleau publie deux nouveaux livres s’adressant aux jeunes. Le premier est intitulé L’enlèvement et il est basé sur un fait vécu. Il est publié aux Éditions de Mortagne, avec une préface signée par Claude Poirier. Un autre livre jeunesse paraîtra à la fin du mois d’octobre sous le titre Théo le Minotaure, publié aux Éditions Porte-Bonheur.

Une dizaine de livres jeunesse publiés par Geneviève Guilbault en 2016

Une dizaine de romans jeunesse ont été publiés cette année par la prolifique auteure drummondvilloise Geneviève Guilbault. Parmi les romans récents et à venir, on retrouve : Scarlett 007, BFF tome 3, Le vent dans les voiles, coécrit avec Marilou Addison, Suuuper Barbotte, Textos & Cie, Les aventuriers des jeux vidéo (tome 2), tous publiés aux Éditions Andara, ainsi que Billie Jazz, à paraître chez Boomerang Jeunesse.

Après les peluches, Les Tronches se transforment en livres pour enfant

Après les peluches, Stéphanie Guilbault propose deux livres pour enfants dans la série Les Tronches. Le premier s’intitule Les chats ninjas et le second Raton le superhéros. Ils sont publiés aux Éditions Origo et disponibles au www.lestronches.ca.

Le photographe Jean Lauzon lance Cantonville Sortie 2015

Le photographe et auteur Jean Lauzon vient tout juste de terminer l’impression de son nouveau livre intitulé Cantonville Sortie 2015. Pour l’auteur, il s’agit en quelque sorte du troisième d’une trilogie photographique sur Drummondville. Presque 40 ans après la sortie de Transcanadienne Sortie 109 (1978) et après Drummondvillois (1987), le photographe nous présente cette fois des images à contrecourant des images officielles qu’il a prises lors de ses « pérégrinations photographiques » dans les quartiers drummondvillois. Le livre est édité chez Préfi et il sera lancé le 1er octobre, à 13 h, à la librairie Tourne la page, sur la rue Lindsay.

Un sixième recueil de poésie pour Lise Ouellette

La poète Lise Ouellette lancera son sixième recueil intitulé L’île au milieu de nulle part, le 12 novembre prochain, à 14 h, au 80, rue Brock à Drummondville. « Lise Ouellette écrit depuis longtemps. Elle est cette île bien ancrée qui regarde, ressent, grandit et vit au milieu de nulle part, où nous sommes tous, au milieu de la foule […]. L’ouvrage propose différentes formes poétiques comme les haïkus, les tankas et les cinquains ». Il est disponible en ligne chez BouquinBec.

Lise Fréchette publie le tome 3 de son roman La porte entrebâillée

Lise Fréchette publie le tome 3 de son roman La porte entrebâillée, sous le titre Les petits anges. Le livre, disponible très bientôt, est édité par Les carnets de Dame plume. Il s’agit d’un roman qui porte à la réflexion sur notre propre vie, nos valeurs et le bien-être ressenti au contact de personnes différentes (avec handicaps).

Activités d’animation à venir dans les bibliothèques de la MRC de Drummond

La MRC de Drummond offre un programme d’animation culturelle dans les bibliothèques municipales. Il est financé à parts égales par la MRC et par le ministère de la Culture et des Communications. Voici un aperçu des activités à venir :

Bibliothèque de

Saint-Eugène

Le coffret de féérie (enfants)

Marie-Josée Labbé, Christine-Sylvie Grondin

8 octobre, à 10 h

 

La fabuleuse histoire de Frédéric Petitpin (enfants)

Michelle Campagne

22 octobre, à 10 h

 

Noël autour du monde (tous)

Ensemble folklorique Mackinaw

4 novembre, à 19 h

819 858-1156

 

Bibliothèque de

Drummondville

Tabou l’anorexie ? (12 ans et plus)

Carl Rocheleau

21 octobre, à 13 h 30

 

Calligraphie chinoise (12 ans et plus)

Diana Ramirez

9 décembre, à 13 h 30

819 474-8882

 

Bibliothèque de

Durham-Sud

Conférence historique avec Yolande Allard (13 ans et plus)

Société d’histoire de Drummond

23 octobre, à 14 h

819 858-1156

Bibliothèque de

Lefebvre

Spectacle d’Halloween : histoires (tous)

Brigitte Beaudoin

29 octobre, à 14 h

819 394-3354

Bibliothèque de

Saint-Félix-de-Kingsey

Spectacle de Noël (tous)

Claude Larivière et Michel Moore

19 novembre, à 10 h

819 848-2807

Bibliothèque de

Sainte-Brigitte-des-Saults

Spectacle de Noël (enfants)

Claude Larivière et Michel Moore

15 décembre, à 9 h

819 336-4305

Bibliothèque de

Saint-Cyrille-de-Wendover

Le coffret de féérie (4 à 12 ans)

Marie-Josée Labbé et Christine-Sylvie Grondin

17 décembre, à 10 h

819 397-4226, poste 29

Programme de formation continue de Culture Centre-du-Québec

Culture Centre-du-Québec propose un programme de formation 2016 sous le thème L’année du numérique. Voici un aperçu des formations à venir :

 

L’art numérique en 2016 : origine, enjeux, développement et pratique artistique, le 11 octobre à Victoriaville ;

 

Mettre en valeur des contenus dans une exposition virtuelle, le 18 octobre à Odanak ;

 

Les droits d’auteurs à l’ère du numérique, le 4 novembre à Drummondville ;

 

Les outils numériques pour recueillir et conserver le patrimoine immatériel, date et lieu à déterminer.

 

Pour en savoir davantage, cliquez ici.

Des nouvelles de nos artistes

La sculpteure l’aveniroise Pascale Archambault revient d’Argentine avec plusieurs prix. Lors de la Biennale del Chaco, elle a remporté, à Resistencia, le prix du public et le prix du Gouverneur législatif de la province. Resistencia est considérée internationalement comme la « Ville des sculptures », et compte 650 œuvres installées dans ses rues et ses parcs. Deux des sculptures réalisées par Pascale Archambault s’y trouvent. Puis, lors du premier Symposium international de sculpture de Castelli, Mme Archambault a remporté le premier prix du public pour son œuvre Sonidos vivos. Pour en savoir davantage sur cette artiste, consultez le www.pascalearchambault.com

La poète bonsonseilloise Diane Descôteaux a remporté le troisième prix ex æquo du Concours de tanka de Lyon, en France. Le poème sera traduit en japonais et publié dans le numéro 29 de la revue du tanka francophone du mois d’octobre.

François Bolduc, de Vibe Design, a remporté le Prix coup de cœur du public lors de la quatrième édition du Festival des artistes récupérateurs KAPUT ! qui se tenait les 27 et 28 août derniers à Beloeil.

Les Gospangels ont chanté pour Céline Dion lors de la première émission de la nouvelle saison d’En direct de l’Univers, diffusée à Radio-Canada le 17 septembre dernier. Il s’agit de la troisième participation à cette émission pour l’ensemble vocal drummondvillois.

Histoire et patrimoine de nos municipalités

Nous vous présentons dans ce numéro un texte portant sur la Municipalité de Saint-Eugène. Celui-ci ainsi que certaines des photos anciennes qui l’accompagnent proviennent de la Société d’histoire de Drummond.

 

Érection canonique : 22 novembre 1878

Érection civile : 31 octobre 1879

Origine du nom : Le curé Kérouack a souhaité voir la nouvelle paroisse sous le patronage de saint Eugène.

Population : 1141 personnes

Les pionniers

L’établissement des premiers colons s’est effectué dès 1831 et principalement sur trois fronts. D’une part, certains colons provenant de Drummondville et de Saint-Germain ont choisi de défricher le côté est, sur le 11e rang et sur le chemin de Saint-Hyacinthe. On peut y dénombrer une dizaine de familles pratiquant l’agriculture et la vente de la potasse au milieu du 19e siècle. D’autre part, le deuxième front de colonisation s’est formé au sud-ouest du territoire où la famille Brodeur a concédé plusieurs lots lui appartenant à partir de 1833. À l’origine, les lots du rang Brodeur sont utilisés pour leurs ressources forestières. Le défrichement des terres et la colonisation se sont effectués plus lentement sur cette portion de territoire, puisqu’on y compte seulement 37 résidants en 1874. Enfin, le troisième front représente le plus important mouvement de colonisation et il est situé à proximité de la frontière avec Saint-Guillaume. D’autres lots servent principalement au commerce du bois puisque, dès 1854, des Américains ont acheté ces terres réparties sur plusieurs rangs et ils y ont installé un moulin à scie. Le territoire formant Saint-Eugène est détaché de la municipalité de Saint-Germain-de-Grantham.

 

Parmi les pionniers, on retrouve la famille de Jérémie Rondeau, originaire de Berthier. Jérémie Rondeau a été le premier marchand général du village. Il a également occupé les fonctions d’inspecteur de voirie, de maître de poste (1879-1888), de commissaire d’école et même de président de la commission scolaire avant son départ pour Woonsocket, aux États-Unis, en 1892. Jérémie Rondeau a entraîné la venue d’autres familles ayant le même patronyme sur le territoire. Au moins 42 couples de Rondeau ont vécu à Saint-Eugène. D’autres pionniers ont laissé leur marque dans la municipalité, notamment Michel Larose (1839-1924), de Saint-Bruno, qui s’est installé sur le chemin de Saint-Hyacinthe, ou Amable Archambault, de Maskinongé, qui a résidé sur le rang de l’Église.

 

   

 

La vie religieuse

En 1878, les francs-tenanciers de Saint-Eugène ont acheté la chapelle de Saint-André-d’Acton, au coût de 100 $, pour la déménager sur le lot 18 du 13e rang. Après quelques travaux de restauration, une première messe est célébrée en 1879. La contribution des paroisses avoisinantes a permis de terminer l’église en y installant une cloche ainsi qu’un mobilier adéquat, ce qui est plutôt difficile en période de crise économique. Le presbytère est même construit en 1880, malgré la précarité financière. L’augmentation de la population n’a pas suffi à combler les manques à gagner pour assurer la réfection de l’église. L’abbé Forcier a donc tenté d’agrandir le territoire de la paroisse, en 1885. Plusieurs colons ont signé des pétitions pour démontrer leur accord ou leur désaccord avec le projet. Le curé Forcier a remporté cette longue bataille grâce à l’appui d’une majorité de résidents d’une section du chemin de Saint-Hyacinthe. L’annexion s’est donc réalisée du côté nord-est en 1891.

 

La population grandissante et le manque d’espace ont engendré la construction d’une nouvelle église en 1906. L’architecte Louis Caron est chargé de mener ce projet à terme. Le manque de ressources financières incite les paroissiens à réutiliser les meubles de la première église et à terminer les finitions du nouveau temple religieux seulement vers 1912-1913. Le maître-autel de l’église attitre l’attention puisqu’il a été conçu en 1747. Ce joyau est parvenu dans la paroisse en 1883 après avoir été transporté de l’église de Saint-Zéphirin-de-Courval à celle de Saint-Eugène. Ce maître-autel est une reproduction de celui utilisé dans la première et la deuxième église de Longueuil. L’œuvre d’art originale est maintenant exposée au Musée des beaux-arts à Ottawa. La paternité de ces deux œuvres est attribuée à Paul Jourdain dit Labrosse, un sculpteur renommé de Montréal. Le maître-autel de Saint-Eugène est classé bien culturel lors des célébrations du 100e anniversaire de la Municipalité en 1979.

 

   

 

L’éducation

Une école est établie depuis au moins 1876 dans les environs du « Moulin à feu ». En 1895, on en dénombre au moins six sur le territoire. Malgré un nombre considérable d’écoles à Saint-Eugène, le manque de moyens financiers conduit les commissaires à embaucher plusieurs institutrices sans brevet et qui reçoivent un salaire moindre. Les résidents sont aussi peu enclins à payer leurs taxes scolaires et plusieurs enfants quittent l’école vers 10 ou 12 ans afin d’aider aux travaux à la ferme. Au village, la seconde école est injustement appelée « couvent » après l’arrivée des religieuses. En 1964, le village s’est doté d’une école centrale afin de regrouper les élèves et de prodiguer une meilleure qualité d’enseignement.

 

Les moyens de transport
Dans les années 1875, les résidents du canton de Grantham doivent payer pour un chemin de fer qui ne circule pas encore à Saint-Eugène. La compagnie Drummond County Railway Co. a construit plusieurs voies ferrées autour des années 1885-1890 pour « rejoindre la ligne du Grand Trunk Railway ». Ce tronçon passant sur le territoire de Saint-Eugène, on propose aux édiles de faire dévier la ligne afin qu’elle frôle le village moyennant une somme démesurée d’argent. Les ressources financières étant limitées, les dirigeants de Saint-Eugène sont dans l’obligation de décliner l’offre. En 1891, le chemin de fer passe donc à trois milles du village et on installe un entrepôt servant de gare à proximité. Plusieurs bénéfices sont tout de même retirés grâce au passage de la voie ferrée dans les environs du village.

 

Au fil du temps, cette ligne a pris de l’importance, puisque la Drummond County Railway rejoint l’Intercolonial et se rend à Montréal. En 1899, l’Intercolonial achète la ligne qui devient plus tard le Canadien National. Les marchandises et les passagers circulent en plus grand nombre à Saint-Eugène. Un hôtel est même construit vers 1904 ainsi qu’une grande gare à trois étages vers 1909-1910. La voie ferrée et la gare sont toujours présentes en 1938.

 

Le système routier s’est amélioré dès 1890. Le 11e rang, le rang de l’Église, le chemin de Saint-Hyacinthe et le rang Brodeur sont désormais carrossables. Il est important d’acheminer le lait à la fromagerie et à la beurrerie du village dans les plus brefs délais et tout dépend de la qualité du système routier. Les routes sont encore mieux entretenues avec l’apparition de l’automobile. L’accès à la ville est maintenant facilité et plusieurs résidents de Saint-Eugène choisissent de s’y établir afin de travailler dans les usines.

 

   

 

L’économie
Le commerce du bois a occupé une place importante avant même la fondation de Saint-Eugène. Le moulin de Samuel Clark et d’Edwin L. Meighs est situé sur le lot 27 du 13e rang, à proximité du ruisseau aux Foins. Les terres environnantes s’avèrent riches en pins et en pruches. Les emplois générés par le moulin attirent plusieurs colons provenant de Saint-Guillaume, de Sorel, de Saint-Aimé, de Yamachiche, de Saint-François-du-Lac et de Berthier. Ce commerce prospère engage 75 hommes et produit l’équivalent de 1 800 000 mètres de bois pour une somme de 60 320 $ en 1861.

 

Cependant, l’augmentation des tarifs douaniers et la baisse de la demande entraînent la vente du moulin à Isaac Wilson de Saint-Germain-de-Grantham. Cet entrepreneur a maintenu ce qui fut appelé le « Moulin à feu », ou plus tard « Empire Mills », jusqu’en 1882, même si la demande de bois décline. La dénomination « Moulin à feu » se retrouve dans les cahiers de prône des curés de Saint-Guillaume pendant qu’ils desservent le territoire de Saint-Eugène. Ils appellent les résidents de la région les gens du « Moulin à feu ». On utilise la sciure comme combustible pour obtenir la vapeur et actionner le moulin. Toutefois, ce combustible crée possiblement des étincelles qui sortent par la cheminée. De fait, l’abondance de fumée qui sort par le tuyau et l’odeur de feu qui l’accompagne expliquent sans doute l’appellation de « Moulin à feu ». Un moulin à moudre a aussi été installé près du moulin à scie ainsi qu’une entreprise de portes et de châssis en 1902.

 

La chute de l’industrie forestière a conduit les gens de Saint-Eugène à se tourner progressivement vers l’agriculture. En 1871, on dénombre une vingtaine de cultivateurs, contre une quarantaine de journaliers. La situation est renversée en 1881 et l’agriculture se retrouve à nouveau à la base de l’économie. Les gens essaient d’être autosuffisants en raison de l’accès difficile au marché. En 1921, 85 % des terres sont déjà défrichées et une proportion de 60 % est utilisée pour la culture. La production de lait a également gagné en popularité. Une fromagerie est bâtie en 1892. Plusieurs colons ont aussi choisi de s’éloigner afin de gagner les revenus nécessaires pour l’achat de leur terre. À l’été, certains travaillent aux briqueteries de Saint-François-du-Lac et de Yamaska, alors que d’autres se rendent aux États-Unis et œuvrent dans l’industrie du textile ou de la chaussure. L’hiver, les chantiers de bois attirent les travailleurs, même si certains sont aussi éloignés que Bytown (ancien nom de la ville d’Ottawa). Cette ville est alors la capitale mondiale du bois d’œuvre. L’importance de l’agriculture a décliné à Saint-Eugène quand une majorité de travailleurs se sont tournés vers le travail industriel concentré principalement dans les villes environnantes : Drummondville, Saint-Hyacinthe et Montréal.

 

   

 

Le village

En 1918, on peut trouver un pont en maçonnerie, un bureau de poste, une ligne de télégraphe et de téléphone, et un forgeron au village. La beurrerie Messier s’est aussi installée au village à la fin de 1930, et ce, jusqu’en 1960. Le célèbre boxeur Lou Brouillard est né à Saint-Eugène le 23 mai 1911. Il a émigré aux États-Unis et il a débuté sa carrière de boxeur à Worchester au Massachusetts. Ce sportif est devenu professionnel en 1928. Il a réussi 11 knockouts au cours de ses 14 premières victoires. Le 23 octobre 1931, il a obtenu le titre mondial chez les mi-moyens. Toutefois, Lou Brouillard a perdu ce titre en janvier 1932 et il n’a jamais réussi à le remporter à nouveau. Il a quitté le monde de la boxe en 1940 et il est décédé le 14 septembre 1984 à Tauton au Massachusetts. Lou Brouillard a gagné 108 combats et il en a perdu 29.

Pour en savoir davantage sur la Municipalité de Saint-Eugène, visitez le www.saint-eugene.ca/histoire-de-saint-eugene.

 

Légende des photos anciennes dans l’ordre de leur apparition :

1- SHD IP1-3.1d3 : Entrée du village de Saint-Eugène

2- SHD IP1-5-.1d1 : En arrière plan, première école du village

3- SHD IP1-9.4-4 : Gare de Saint-Eugène 1960

4- SHD IC-2.4e39 : Le magasin général Jetté, copropriété de Joseph Jetté. Ce magasin fut aussi bureau de poste (1906-1913)

5- SHD IP1-3.2b4 : Exposition des jeunes éleveuses de porc de Saint-Eugène le 6 octobre 1925

6- SHD IP1-2.5b7 : Maison de Saint-Eugène

7- SHD IP1-2.4i2 : Manufacture de portes et châssis de Saint-Eugène

admin-ajaxAdendart
Maison des arts Desjardins Drummondville

1er oct.

Philippe Bond

« Philippe Bond 2 »
Humour, à 20 h

2 oct.

Les Tannants

Variété, à 14 h 30

6 oct.

Simon Leblanc

« Tout court »

Humour, à 20 h

7 oct.

American Story

« La revue »

Chanson, à 20 h

8 oct.

René Martel et Patrick Normand

« Nous »

Chanson, à 14 h

9 oct.

Les Grands Explorateurs

« Les Pyrénées en grand »

Ciné-conférence, à 19 h

13 oct.

Orchestre symphonique de Drummondville

« 25 ans de musique »

Musique, à 19 h 30

14 oct.

Dominique Hudson

« Extra Danza »

Chanson, à 20 h

20 oct.

Alexandre Barrette

« Imparfait »

Humour, à 20 h

21 oct.

Plume Latraverse

« Récidives »

Chanson, à 20 h

22 oct.

Artistes variés

« Sept jours en mai »

Chanson, à 20 h

175, rue Ringuet

Drummondville

819 477-5412

www.artsdrummondville.com

Bibliothèque Côme-Saint-Germain

2 oct.

Bout’chou litou (20 mois à 3 ans)

Conte, à 10 h 30

Réservation requise

13 oct.

Patrick Senécal

« Rencontre d’auteur »

Conférence, à 18 h 30

20 oct.

Hélène Smith

« Heure du conte spéciale » (4 à 8 ans)

Conte, à 13 h 30

21 oct.

Carl Rocheleau

« Tabou l’anorexie »

Conférence, à 13 h 30

21, 28

oct.

Heure du conte en pyjama (3 à 6 ans)

Animation, à 18 h 30

Réservation requise

22 oct.

Sylvie Potvin et Ginette Chevalier

« Sur le territoire de Michel Tremblay »

Lecture, à 19 h

25 au 27

oct.

Heure du conte (3 à 6 ans)

Histoire, chanson, à 9 h 30

Réservation requise

Jusqu’au

6 nov.

Sylvie Godin

Peinture

545, rue des Écoles

Drummondville

819 478-6573

Le Duquartier, Drinkery Bar

1er oct.

Bleu jeans bleu et Pascal Allard

Chanson, à 22 h

8 oct.

Shawn McPherson et The Jive Band

Musique, à 22 h

15 oct.

The Pretenders

« Hommage à Foo Fighters »

Musique, à 22 h

22 oct.

Snooze

Musique, à 22 h

29 oct.

The Addictions

Musique, à 22 h

330, rue Lindsay

Drummondville

www.facebook.com/LeDuquartier

Looba Café

4 oct.

West

« By West »

Lancement d’album et chanson, à 18 h

234, rue Heriot

Drummondville

819 478-2109

Salle Gaston-Mandeville

7 oct.

Stephen Barry Band et 02 Blues Band

Musique, à 20 h

8 oct.

Capitaine Révolte, Twist Cap, We Told You So et Les Autres

Musique, à 21 h

29 oct.

Parallel Universe, Sublime MTL et Out of Chaos

Musique, à 21 h

232, rue Dorion

Drummondville

819 474-2484

www.refugelapiaule.com

Salle Le Royal

7 au 9 oct.

Artistes variés

« L’action d’trad »

Festival de musique traditionnelle

3 nov.

Alex Douville

Humour, à 20 h

284, rue Saint-Marcel

Drummondville

819 474-7350

Page Facebook

Maison de la culture de L’Avenir

8 oct.

Marjo

Chanson, à 20 h

22 oct.

Leboeuf – Deschamps

Chanson, à 20 h

12 nov.

Bernard Adamus

« Sorel Soviet So What »

Chanson, à 20 h

Jusqu’au 31 oct.

Denis Boucher

Peinture, technique mixte

624, rue Principale

L’Avenir

819 469-1614

www.maisondelaculturedelavenir.com

Centre communautaire de Sainte-Brigitte-des-Saults

15, 16 oct.

Artistes variés

« Festival folklorique trad »

Musique, chanson

260, rue Dumoulin

Sainte-Brigitte-des-Saults

819 473-3303

www.surlaroutedesfestivals.ca

Salon des nouveautés – Bibliothèque Côme-Saint-Germain

Jusqu’au

16 oct.

Guilde des artistes de Drummondville

« Découvrons nos cinq nouveaux membres »

Médiums variés

 

545, rue des Écoles

Drummondville

819 478-6573

www.artistesdrummondville.com

AXART

20 oct.

Oktoberfest 2016

« Activité de financement »

Musique, arts visuels, dégustation, à 17 h

Jusqu’au

30 oct.

Fernand Brunelle et Irelle

« Instant de couleurs »

Médiums variés

Vernissage : 6 octobre, à 17 h

Jusqu’au

30 oct.

Alain Scheiber et François-Régis Fournier

Photographie

Jusqu’au

30 oct.

Exposition collective

« Les récoltes »

Médiums variés

219, rue Heriot

Drummondville

819 477-0278

www.axart.ca

Galerie d’art Desjardins

Jusqu’au

23 oct.

Roland Giguère, Gérard Tremblay et Léon Bellefleur

« Faire naître/Donner à voir »

Médiums variés

175, rue Ringuet

Drummondville

819 477-5519, poste 225

www.artsdrummondville.com

Centre communautaire Claude-Nault

23 oct.

Artistes variés

« Gala d’humour »

Humour, à 20 h

480, rue Lessard

Drummondville

819 479-8686, poste 238

Centre Normand-Léveillé

29 oct.

Harmonie de Drummondville

« L’étrange aventure de l’Harmonie de Drummondville »

Musique, à 13 h 30

950, chemin Hemming

Drummondville

819 478-1201

Club de golf de Drummondville

29 oct.

Artistes, écrivains et artisans (AREQ)

« Salon de la création »

Médiums variés, livre

400, chemin du Golf

Drummondville

819 478-0494

Marché La Tradition

Jusqu’au 30 oct.

Atelier-école Nabé

« Fais-moi un dessin »

Dessin

2085, boulevard Saint-Joseph

Drummondville

819 474-5288

Le Caisse – Espace collaboratif

Jusqu’au 14 nov.

Lise B. Tétreault, Evelyn Losier et Francine Laplante

« Membres d’Axart »

Peinture

180, rue Saint-Damase

Drummondville

819 870-3030

www.lacaisse.net

Musée populaire de la photographie

5 oct. au 21 déc.

Chloé Beaulac

« Lieu saint »

Photographie

Vernissage : 16 octobre, à 14 h

217, rue Brock

Drummondville

819 474-5782

www.museedelaphoto.info

Galerie mp tresart

Jusqu’au

31 déc.

Exposition collective

« Hommage à la couleur »

Peinture, sculpture, photographie

Vernissage : 5 novembre

220, rue de l’Hôtel-de-Ville (route 116)

Durham-Sud

819 858-2177

www.galeriemptresart.com

Les Cinémas RGFM

RGFM : 755, rue Hains

Cinéma Capitol : 253, rue Lindsay

Drummondville

www.cinemasrgfm.com

Publié par la MRC de Drummond
436, rue Lindsay, Drummondville (Québec)  J2B 1G6
819 477-2230, poste 111      culturel@mrcdrummond.qc.ca

Avec l’appui financier du ministère de la Culture
et des Communications du Québec

Responsables du contenu : Jocelyn Proulx et Jean Dufresne
Mise en page : OZON création marketing

La reproduction du contenu de ce bulletin est autorisée avec mention de la source.

Transmettre une information ou un commentaire

Consulter les bulletins archivés

Consultez le bulletin culturel de la MRC de Drummond
Consultez le bulletin culturel de la MRC de Drummond