VOLUME 9, NUMÉRO 3, 12 AVRIL 2016

Slider accueil 1-750xOrchestreV2
Slider accueil 1-750xRue
Slider accueil 1-750xchant

Patrimoinedrummond.ca : la nouvelle référence en matière de patrimoine

La MRC de Drummond a récemment annoncé la mise en ligne de son site internet entièrement consacré au patrimoine. Fruit d’un long et minutieux travail, patrimoinedrummond.ca se veut l’un des outils les plus complets en la matière au Québec. Ce nouveau site web démystifie le patrimoine et le vocabulaire associé à ce domaine. Des textes historiques, accompagnés de photos, permettent d’en apprendre davantage sur la fondation et l’évolution des 18 municipalités locales qui composent la MRC. Un module interactif présente l’inventaire patrimonial de la MRC et intègre celui réalisé par Commerce Drummond dans certains secteurs de la ville de Drummondville. Il donne accès à des informations et à des images relatives à plus de 1650 biens ou éléments patrimoniaux (bâtiments principaux et secondaires, cimetières, croix de chemin, ponts, paysages et points de vue), tout en positionnant ces derniers sur une carte Google. Un volet entier identifie de très nombreux outils de référence et établit des liens vers des sites web et des documents touchant à divers aspects du patrimoine. Un répertoire de ressources spécialisées, destiné aux propriétaires de bâtiments anciens soucieux de préserver le cachet de ceux-ci par des interventions de qualité, peut également y être consulté. Pour visiter patrimoinedrummond.ca, cliquez ici.

Alexandre Cusson, président du comité culturel, Jean-Pierre Vallée, préfet, et Jocelyn Proulx, agent de développement culturel.
Danielle Dufresne, directrice du Service des arts, de la culture et de l’immigration de la Ville de Drummondville, Annick Bellavance, conseillère municipale, Luc Fortin, ministre de la Culture et des Communications du Québec, Alexandre Cusson, maire de Drummondville, et Francis Adam, directeur général de la Ville. 

Une pelletée de terre protocolaire pour la future bibliothèque de Drummondville

Le ministre de la Culture et des Communications du Québec, M. Luc Fortin, était de passage à Drummondville le 11 avril pour donner, en compagnie du maire Alexandre Cusson, le coup d’envoi officiel aux travaux de construction de la future bibliothèque municipale. D’une superficie de 5930 mètres carrés, la nouvelle bibliothèque sera située au centre-ville de Drummondville, sur la rue des Forges, à proximité du terminus urbain. Son ouverture est prévue au printemps 2017. Ce projet majeur, évalué à 21 M$, bénéficie d’une subvention de 6,5 M$ du gouvernement du Québec. Une somme de 4 M$ provient de la récupération d’une partie de la taxe sur l’essence, en vertu d’une entente Canada-Québec. La Ville fournit pour sa part le reste du financement, soit 10,5 M$.

Drummondville souligne le talent de 18 jeunes artistes

Le programme Soutien à la pratique artistique des jeunes de la Ville de Drummondville continue d’offrir un support important aux jeunes artistes d’ici. Une somme totale de 12 700 $ a été distribuée lors de la 23e cérémonie de remise des bourses tenue le 13 mars dernier à la Maison des arts Desjardins Drummondville. Le talent et la passion des 18 lauréats choisis pour l’année de référence 2015 ont été salués devant parents et amis. Des 18 bourses remises, 10 étaient des bourses Soutien octroyées à Kiana Nemati (piano, 150 $), Camille Deshaies (danse, 250 $), Nathan Sévigny (basse électrique, 250 $), Marc-Antoine Tremblay (guitare, 250 $), Félix Magner (violon, 300 $), Mélissa Allard-Pombert (flûte traversière, 450 $), Raphaël Côté (contrebasse, 450 $), Renaud Doucet (théâtre, 450 $), Alexandra Gagnon-Roy (dessin, 450 $) et Maxime B. Veilleux (théâtre, 500 $). Les sept bourses Excellence ont été remises à Anne-Claire Hénault-Barbeau (théâtre, 700 $), Claudel Lauzière-Vanasse (approche picturale, 700 $), Louis-Antoine Gervais (piano, 800 $), Sissi-Catherine Michaud (chant, 800 $), Jakob Sévigny (piano, 800 $), Wilhelm Magner (violon, 1200 $) et Frédérique Mousseau (chant, 1200 $). La bourse Tremplin de 3000 $ a été attribuée à la violoniste Marie-Claire Vaillancourt comme soutien au début de sa carrière professionnelle.

La violoniste Marie-Claire Vaillancourt, récipiendaire de la bourse Tremplin, accompagnée du maire de Drummondville, Alexandre Cusson, et de son père, Alain Vaillancourt.

Le moment est venu de proposer des activités pour les 20es Journées de la culture

Les Journées de la culture seront de retour l’automne prochain à travers tout le Québec. L’événement, dont on soulignera le 20e anniversaire cette année, se déroulera le 30 septembre ainsi que les 1er et 2 octobre. Le Service de développement culturel de la MRC de Drummond invite les artistes, les artisans, les travailleurs culturels, les municipalités, les établissements d’enseignement, les entreprises et les médias de son territoire à organiser des activités à cette occasion. Celles-ci peuvent prendre diverses formes et s’adresser à un large public ou à des clientèles plus spécifiques. Il est à noter que Culture pour tous, qui coordonne les Journées de la culture, propose la musique comme thématique qui, sans être obligatoire, servira de fil conducteur pour l’ensemble de la programmation 2016. Les informations pertinentes de même que le guide du participant et le formulaire d’inscription sont accessibles depuis le www.journeesdelaculture.qc.ca. Il est également possible d’en savoir davantage en joignant Jocelyn Proulx, agent de développement culturel de la MRC, au 819 477-2230, poste 111. La date limite pour soumettre des projets a été fixée au 30 juin.

La MRC de Drummond veut promouvoir les sorties culturelles locales

La MRC de Drummond invite les artistes professionnels et les organismes de son territoire qui accueillent des visiteurs pour des sorties culturelles à se manifester en vue de la publication d’un répertoire d’activités. Cet outil, qui sera réalisé en collaboration avec la Commission scolaire des Chênes, pourra notamment être utile aux écoles, aux centres de la petite enfance (CPE), aux résidences pour personnes âgées, aux entreprises et aux groupes désireux de se prévaloir de l’offre culturelle d’ici. Tant la MRC que la commission scolaire ont intégré ce projet de répertoire à leur plan d’action en matière de culture. Elles estiment qu’en raison de leur diversité et de leur qualité, les activités proposées par les artistes professionnels et les nombreux organismes locaux méritent d’être davantage connues et encouragées par les gens ayant la responsabilité de planifier des sorties culturelles. Des informations additionnelles et le formulaire de proposition d’activité peuvent être obtenus en communiquant avec Jocelyn Proulx, agent de développement culturel de la MRC, au 819 477-2230, poste 111, ou en visitant le www.mrcdrummond.qc.ca/sortiesculturelles. La date limite pour soumettre une activité dans le cadre de ce projet a été fixée au 20 mai prochain.

Sortie scolaire au parc de sculptures Essarts à Saint-Pie-de-Guire.

Appel de candidatures pour la quatrième édition de l’échange artistique international Drummondville/Alsace

La Ville de Drummondville et la Communauté des Communes du Kochersberg-Ackerland, jumelées depuis 2006, invitent les artistes professionnels en photographie à déposer un dossier de candidature afin de vivre une expérience artistique internationale de haut niveau. L’échange consiste, pour un artiste du territoire, à séjourner chez un artiste alsacien, à y pratiquer son art et à échanger sur ses pratiques. Par la suite, l’artiste alsacien vivra également l’expérience en étant accueilli chez l’artiste drummondvillois. Les personnes intéressées à déposer leur candidature doivent impérativement produire, diffuser ou résider à Drummondville. Pour plus d’informations ou pour déposer votre dossier de candidature, communiquez avec Danielle Dufresne au 819 850-1327 ou à artsetculture@drummondville.ca. Les dossiers sont acceptés jusqu’au 13 mai, à 16 h 30. Ils peuvent être acheminés par courrier postal au 545, rue des Écoles, Drummondville, J2B 1J6, à l’attention de Danielle Dufresne.

Diane Descôteaux publie deux nouveaux recueils de haïkus

La poète bonconseilloise a d’abord publié en mars, aux Éditions du Grand Ruisseau, un recueil de haïkus intitulé Incendie à l’ouest et préfacé par Lise Robert. Sur le site de l’éditeur, on écrit à propos du livre : « Le corps et la souffrance accueillis dans l’envolée de la vie. Les poèmes, écrits dans le style japonais du haïku, présentent la chaleur vivifiante du corps, des pensées, des émotions et du sens dans toute leur intensité. Amusant parfois, suscitant la sympathie, souvent, ces 68 pages rebondissantes fascinent dans leur vérité toute crue ». Puis au début avril, elle nous revient avec un nouveau recueil intitulé Parfois je n’écris pas. Il est publié aux éditions JEBCA, dans la Collection L’Immortel. Les deux livres sont disponibles en librairie.

Michel Langlois propose le deuxième tome de sa saga historique Il était une fois Montréal

Le romancier drummondvillois nous propose depuis peu Nos combats, le deuxième tome de sa nouvelle saga Il était une fois Montréal. Disponible depuis mars dans toutes les librairies, le livre est décrit de cette façon sur le site web des Éditions Hurtubise : « 1860. Plusieurs malheurs frappent Valois Ducharme et son épouse Henriette, qui se voient contraints de quitter Montréal pour le petit village de Sainte-Angèle. Or tous deux ne peuvent se résoudre à s’y installer pour de bon. L’effervescence de la ville leur manque. Ils ne tardent donc pas à y revenir pour tenter de nouveau leur chance. Mais cette fois, un enfant les accompagne, car ils ont adopté une petite fille sourde et muette prénommée Angélique. »

La revue La Lanterne de la Société de généalogie de Drummondville fait peau neuve

Le 4 avril dernier, des administrateurs et des membres de la Société de généalogie de Drummondville ont dévoilé les nouvelles couleurs de la revue La Lanterne qui est publiée à raison de quatre numéros par année depuis 20 ans. La revue passe à un format de 24 pages imprimées sur du papier glacée. On peut se la procurer à la bibliothèque municipale de Drummondville.

Jean-Pierre April lance Contes, légendes et récits du Centre-du-Québec

Dans le cadre du salon du livre de Trois-Rivières, l’écrivain Jean-Pierre April, de Saint-Lucien, a lancé Contes, légendes et récits du Centre-du-Québec, un ouvrage de 569 pages publié aux Éditions Trois-Pistoles. Dans cette publication, « l’écrivain Jean-Pierre April nous fait revivre l’histoire réelle et l’histoire fabuleuse d’une région qui ne ressemble à aucune autre au Québec : celle du Centre-du-Québec dont le chef-lieu est Drummondville. Jean-Pierre April a colligé nombre de textes racontant une cohabitation parfois difficile, le courage de ses premiers défricheurs, les misères et les joies du temps, les défis, les embûches et aussi l’espoir et les réussites, s’attardant aux contes, aux légendes et aux croyances de ce coin de pays parmi les plus pittoresques du Québec grâce à ces voix si bellement parlantes de Christine Sioui Wawanolath, Susana Johnson, l’abbé Charles-Édouard Mailhot, Monique T. Giroux, Louis Fréchette, Denise Boucher et Louis Caron, pour ne nommer que celles-là ». Le livre est disponible dans toutes les librairies. M. April sera à la bibliothèque Côme-Saint-Germain le 23 avril, à 14 h, pour rencontrer les lecteurs dans le cadre de la Journée mondiale du livre et du droit d’auteur.

Angèle Bernier présente La vie d’Alexy… une aventure, le premier livre d’une série à paraître

Le nouveau livre d’Angèle Bernier, La vie d’Alexy… une aventure, s’adresse aux enfants de 3 à 8 ans. Il est constitué de courtes histoires qui « nous partagent la vision d’un petit garçon de 5 ans qui voit la vie comme une aventure. En plus de donner le goût à la prélecture, ce livre est un outil efficace pour aider les enfants ayant des difficultés orthophoniques ». D’autres titres seront publiés ; pour commander celui-ci, il suffit de cliquer ici.

Le journal de rue La Galère bientôt disponible au centre-ville

Le journal de rue La Galère sera, pour la première fois, vendu par un camelot dans le secteur de la place Saint-Frédéric. D’abord diffusé à Trois-Rivières, il est disponible à Drummondville tous les deux mois et vendu au coût de 3 $. Média alternatif traitant de problématiques comme la pauvreté et la marginalisation avec un angle différent des médias de masse, le Journal La Galère représente aussi un moyen pour des personnes vivant la pauvreté d’acquérir un revenu supplémentaire. C’est le Refuge La Piaule qui coordonnera la distribution drummonvilloise à compter de cet été.

Archives et témoignages recherchés pour la production d’un livre sur le hockey au Centre-du-Québec

Stéphane Lévesque, gestionnaire de projet, est la recherche d’archives (photos et textes) et de témoignages de passionnés de hockey (actuels et anciens) afin de réaliser un livre décrivant ce phénomène au Centre-du-Québec d’un point de vue sociologique et culturel. Pour en savoir davantage et pour partager sa passion avec l’auteur, il suffit de communiquer avec ce dernier au 418 654-8486 ou à slevesque@ssjbcq.quebec.

L’auteur drummondvillois Carl Rocheleau intronisé au Mur de la culture de l’école Jean-Raimbault

Le 1er avril, l’auteur drummondvillois Carl Rocheleau était de passage à l’école secondaire Jean-Raimbault afin de rencontrer des élèves, mais également pour être intronisé au Mur de la culture de la bibliothèque de cette école où il a étudié et enseigné. Carl Rocheleau a plusieurs publications à son actif telles que Le contrat (2005), 24 heures (2006), L’Aquilon (2010) et Laurence (2014). En 2015, il a lancé trois romans, soit BenoîtLe renard du Bic et Parfaite.

Le « défi de la poésie du maire » relevé pour une deuxième année à Drummondville

À la suite d’une invitation lancée par le maire de Calgary, Naheed Nenshi, le maire de Drummondville, Alexandre Cusson, a sans hésitation accepté de relever le « défi de la poésie du maire », et ce, pour une deuxième année consécutive. Cette activité vise à célébrer la Journée mondiale de la poésie de l’UNESCO qui se tient le 21 mars. Ainsi, Henriette Dion et Olivier Desjardins ont fait la lecture d’une œuvre du regretté Roch Nappert avant la tenue de la séance ordinaire du conseil municipal du 14 mars dernier à l’hôtel de ville de Drummondville. Environ 70 villes et mairies canadiennes ont participé au défi.

Le deuxième album du groupe blues Aidan sera lancé prochainement

C’est le 23 avril, à la salle Laurent-Paquin d’Acton Vale, que le groupe blues Aidan lancera son deuxième album de chansons originales intitulé Chapter one. Composé par les membres du groupe, qui résident à Acton Vale et à Wickham, l’album a été enregistré à Drummondville au Studio Momentum de Jérôme Boisvert. Il sera disponible sur iTunes, Amazon et sur le site web du groupe. Pour en savoir davantage, visitez le http://aidanband.wix.com/

La soirée-bénéfice Cocktail et culture de la Fondation du Cégep est de retour

C’est le 12 mai prochain à la salle Georges-Dor que se tiendra la soirée-bénéfice Cocktail et culture au profit de la Fondation du Cégep de Drummondville. Cette dernière poursuit son objectif d’offrir annuellement un spectacle-bénéfice unique. Ainsi, lors de cette soirée, Mélissa Lavergne, la « belle » de l’émission Belle et Bum présentée à Télé-Québec, montera sur la scène de la salle Georges-Dor du Cégep de Drummondville, accompagnée d’une foule d’invités. En plus d’assurer l’animation de la soirée, Mélissa Lavergne s’est vu confier la conception et la mise en scène de ce spectacle qui mettra également en vedette Nanette Workman, Antoine Gratton, Nicolas Pellerin et Les Grands Hurleurs, Stéphanie Bédard, Paul Doucet et Ève Landry. Les billets pour assister à la soirée Cocktail et culture sont en vente sur le site web de la Fondation du Cégep de Drummondville, ou directement auprès de la Fondation au 819 478-4671, poste 8110.

On aperçoit ici Marc-Olivier Courchesne, le nouveau directeur général de la fondation, et son président Patrick Boissonneault. Ils sont accompagnés de Brigitte Bourdages, directrice générale du Cégep de Drummondville.

Le Grand Bal 2016 de l’Orchestre symphonique de Drummondville se tiendra le 28 mai prochain

C’est sous le thème L’Or et l’Argent que se tiendra le 28 mai au Centrexpo Cogeco le Grand Bal 2016 de l’Orchestre symphonique de Drummondville. Animé par Marc-André Coalier, cette activité-bénéfice ajoute cette année à son programme un encan interactif. Pour obtenir plus d’informations et se procurer des billets, il suffit de se rendre sur le site web de l’organisme au www.osdrummondville.com/grand-bal.

Cinq écoles de Drummondville aux finales régionales de Secondaire en spectacle

Les 12 et 13 avril se tiennent les finales régionales de l’édition 2016 de Secondaire en spectacle à la Polyvalente La Samare de Plessisville. Cinq écoles de Drummondville participent à l’événement, soit Jean-Raimbault, Jeanne-Mance, La Poudrière, Marie-Rivier et le Collège Saint-Bernard. Lors de chacune des finales régionales, trois numéros seront déclarés lauréats régionaux 2016. En plus de recevoir une bourse de 125 $, certains des jeunes gagnants auront l’honneur de représenter la région lors du Rendez‑vous panquébécois qui aura lieu du 27 au 30 mai à Amos, en Abitibi-Témiscamingue.

Remise du prix Georges-Dor et des prix du Mérite en français par la Société Saint-Jean-Baptiste du Centre-du-Québec

Le 12 mars dernier, la Société Saint-Jean-Baptiste du Centre-du-Québec remettait ses prix Georges-Dor et Mérite en français. Le prix Georges-Dor 2016 de la SSJBCQ a été décerné à Véronique Pepin, fondatrice de la maison d’édition La petite barque de Tingwick. Ce prix annuel, décerné depuis 2002, vient souligner la contribution exceptionnelle d’une personne centricoise à la promotion et à la valorisation de la langue française. Les Mérites en français sont, quant à eux, remis chaque année aux élèves ayant obtenu les meilleurs résultats du territoire centricois aux examens ministériels de français de cinquième secondaire. Fait rarissime, neuf élèves ont été honorés pour leur résultat exceptionnel lors de la cérémonie tenue le 12 mars dernier dans les locaux de la Société. Les récipiendaires sont Daniela Cadena-Velasco et Jérémie Champoux, qui fréquentaient tous deux l’école secondaire Jean-Raimbault l’an dernier, Lesly-Anne Chabot (école secondaire La Poudrière), Juliette Charland et Pierre-Olivier Lampron (école secondaire Jean-Nicolet), Mathieu Morissette (école secondaire Le Boisé), Guillaume Proulx et Élodie Rainville (Collège Notre-Dame-de-l’Assomption) ainsi que William Rousseau (école secondaire Marie-Rivier).

Programme de formation continue de Culture Centre-du-Québec

Culture Centre-du-Québec lance son programme de formation 2016 sous le  thème L’année du numérique. Voici un aperçu des formations à venir :

 

Commercialisation de produits artistiques sur le web : volet arts de la scène et musique, le 12 avril chez Atoll art actuel à Victoriaville.

 

Mettre en valeur ses œuvres et ses performances artistiques par la vidéo, le 5 mai au Musée des religions du monde à Nicolet.

 

Photographier soi-même ses œuvres d’art, le 19 mai chez Axart à Drummondville.

Pour en savoir davantage, cliquez ici.

Activités d’animation à venir dans les bibliothèques de la MRC Drummond

La MRC de Drummond offre un important programme d’animation culturelle dans les bibliothèques municipales. Il est financé à parts égales par la MRC et par le ministère de la Culture et des Communications. Voici un aperçu des activités à venir :

Bibliothèque de

Saint-Edmond-de-Grantham

Tabou l’anorexie ? (adolescents et adultes)

Carl Rocheleau

19 avril, à 19 h 30

819 395-4036

Bibliothèque de

Saint-Cyrille-de-Wendover

Lili Saint-Cyr et le Red Light (14 ans et plus)

André Pelchat

20 avril, à 18 h 30

819 397-4226, poste 29

Bibliothèque de

Saint-Bonaventure

La soupe au caillou (enfants)

Brigitte Beaudoin

21 avril, à 13 h 10

819 396-1676

Bibliothèque de

Sainte-Brigitte-des-Saults

La culture des fines herbes au potager… (adultes)

Suzanne Caya

21 avril, à 19 h

819 336-4305

Bibliothèque de

Saint-Guillaume

Les contes racontent (enfants)

Claude Larivière et Michel Moore

22 avril, à 13 h 30

819 396-3754

Bibliothèque de

Saint-Félix-de-Kingsey

Animation lecture (enfants)

Brigitte Beaudoin

27 avril, à 10 h 15 et 12 h 45

819 848-2807

Bibliothèque de

Wickham

Tabou l’anorexie (enfants)

Carl Rocheleau

29 avril, à 9 h

819 741-0202

Des nouvelles de nos artistes

Sept étudiants du programme Arts, lettres et communication, profil Multidisciplinaire, accompagnés de deux enseignantes du Cégep de Drummondville ont récemment pris part à une semaine d’immersion culturelle en Martinique, il s’agit de Noémie Beaulac, Marie-Pier Beauregard, Alexia Blanchette, Vincent Côté, Audréanne Fortin, Mérédith Gonzalez-Bayard et Mélina Verrier. Inscrit au cours Parcours vidéo, qui représente l’épreuve synthèse des finissants du programme, ce voyage avait pour but de permettre aux étudiants d’intégrer un ensemble de compétences acquises, tant en lien avec le volet cinéma du programme qu’avec les notions de culture, d’art et de société.

Les sculpteurs en art populaire drummondvillois Réjean Pétrin et Guy Montembeault présenteront leurs œuvres lors du Salon Les Gosseux s’exposent qui se tiendra les 21 et 22 mai prochains au Domaine Maizerets à Québec.

Trois étudiants du Département des arts visuels du Cégep de Drummondville participeront au 27e Intercollégial d’arts visuels présenté au Collège de Valleyfield du 6 au 13 mai. Les œuvres de Maude Guertin, Camille Lavoie-Beaulieu et Jean-Philippe Guilbault-Chevalier ont été préférées à celles de leurs collègues de deuxième année par les membres du jury lors de la finale locale. Les trois jeunes artistes prendront donc part à l’Intercollégial en compagnie des autres lauréats des cégeps participants.

Le Mondial des cultures a remporté le Prix Grand Vivat dans la catégorie Événements – budget de plus de 500 000 $, qui souligne l’exemplarité en matière d’écoresponsabilité. Cet événement est organisé par le Conseil québécois des événements écoresponsables. Plus de 40 organisations issues de 14 régions du Québec participaient aux Vivats 2016 pour tenter de gagner un des neuf prix disponibles.

Les Gospangels étaient récemment en performance dans deux émissions de télévision québécoises. L’ensemble vocal a participé à l’émission En direct de l’univers sur les ondes d’ICI Radio-Canada, le 12 mars. Animée par France Beaudoin, l’émission propose de découvrir une personnalité québécoise à travers son univers musical. L’invité était Brigitte Boisjoli. Puis, le 27 mars, on les retrouvait à l’émission La Voix diffusée à TVA, pour accompagner la candidate Stéphanie Saint-Jean.

L’artiste Hélène Courchesne expose ses œuvres à la Mante du Carré de Danville jusqu’au 2 mai prochain. Durant ses 35 ans d’enseignement des arts plastiques, elle a poursuivi une démarche personnelle de création à travers l’utilisation de différents médiums tels que l’aquarelle, le pastel sec, le graphite et l’acrylique.

Histoire et patrimoine de nos municipalités

Nous vous présentons dans ce numéro un texte portant sur la municipalité de Saint-Cyrille-de-Wendover. Celui-ci ainsi que les photos anciennes qui l’accompagnent proviennent de la Société d’histoire de Drummond.

 

Érection canonique : 11 novembre 1868

Érection civile : 23 août 1869

Origine du nom : C’est en l’honneur du pionnier Cyrille Brassard que la municipalité a reçu ce nom.

Population : 4746 personnes

Les pionniers

La municipalité de Saint-Cyrille-de-Wendover est située dans les cantons de Simpson et de Wendover. Le canton de Simpson est arpenté par James Rankin en 1792 et par Jeremiah McCarthy en 1801 avant d’être officiellement ouvert à la colonisation l’année suivante. Le premier arpenteur pour le canton de Wendover a été J. Kilborn en 1804 avant d’être suivi par B. Écuyer et J. Sullivan en 1815-1816. Le territoire est arpenté une fois de plus en 1823 par J. B. Letendre. Plusieurs terres dans le canton de Simpson sont données à des soldats qui ont combattu lors de la bataille de Québec contre les Américains en 1775-1776. Alexandre Menut, ancien cuisiner des gouverneurs James Murray et Guy Carleton, a reçu plusieurs terres dans le canton de Simpson et il s’y établit avec son épouse Marie Deland en 1805. Il a tenu une auberge et une taverne dans sa résidence localisée près du barrage Hemming (lot 6, 1er rang). Même si les cantons sont ouverts à la colonisation au début du 19e siècle, la première vague de colonisation s’est effectuée seulement vers 1850.

 

Dès 1839, Charles Gariépy et son épouse Elizabeth McGuire s’installent sur le lot 5 du 3e rang. D’autres pionniers emboîtent le pas vers 1845 dont les frères Cyrille et Théophile Brassard et, plus tard, les Hébert, les Blais et les Charbonneau. Les premiers colons s’établissent près de la rivière Saint-François qui apparaît comme la seule voie navigable. Toutefois, les chutes Hemming et celles de Drummondville obligent les colons à faire du portage et des arrêts dans les haltes d’Alexandre Menut (chute Hemming) et d’Artemus Lord (chutes de Drummondville). Les seules terres drainées naturellement se situent en bordure de la rivière Saint-François puisqu’un marais part du 2e rang et se dirige jusqu’à la rivière Nicolet. Ces terres doivent être drainées par les premiers colons.

 

Plusieurs émigrants s’installent dans les cantons de Wendover et Simpson en raison de la qualité des terres et des industries forestières de Valentine Cooke. Parmi les familles souches, on retrouve Aimé Joyal qui est arrivé seul vers 1880. Il a épousé Marie-Anne Janelle en 1884 et elle est décédée trois ans plus tard. Le rang Sainte-Anne est nommé en l’honneur de la défunte et une croix de chemin avec une niche de sainte Anne est installée sur le terrain d’Aimé Joyal. Par la suite, Aimé Joyal a eu deux autres épouses et il a eu plusieurs enfants. Certains de ses descendants habitent encore à Saint-Cyrille. D’autre part, la famille Verrier fait également partie des pionnières, puisque l’ancêtre Pierre Verrier s’y est installé en 1865. Parmi ses descendants, Claude Verrier s’est distingué grâce à son implication remarquable pour sa municipalité. Il s’est beaucoup investi dans la recherche et la rédaction de l’histoire de Saint-Cyrille-de-Wendover. Il a aussi laissé sa marque à Drummondville comme membre actif de la Société d’histoire et il est le fondateur du Village québécois d’antan qu’il a dirigé pendant 25 ans.

   

      

La vie religieuse

Au début de la colonisation, de 1845 à 1870, les citoyens accomplissent leurs devoirs religieux à l’église Saint-Frédéric de Drummondville. Toutefois, il est laborieux de se rendre à l’église puisque les sentiers empruntés sont marécageux et la rivière Saint-François est difficile à traverser. Les résidents demandent donc l’érection canonique d’une nouvelle paroisse, ce à quoi l’évêque acquiesce en 1868.

 

Le premier temple religieux est une chapelle qui est rapidement devenue exiguë. Une église est donc bâtie et elle est ouverte en 1876. Quant à l’église actuelle, elle est construite entre 1902 et 1905 par Alfred Giroux et Frères pour 28 000 $. Les travaux sont surveillés par Louis Caron et Cie dont les plans et les devis sont utilisés pour la construction du bâtiment. La compagnie des Caron est aussi engagée pour terminer les travaux intérieurs de l’église et de la sacristie pour un montant de 20 000 $. Enfin, le deuxième presbytère est construit par Pierre Dauplaise de Saint-Germain au coût de 5570 $. Les travaux sont terminés en 1893.

 

 

   

 

L’éducation

La première école est située au coin du 3e rang de Simpson et il y a au moins cinq écoles de rang en 1895. Les religieuses enseignent dans une école du village dès 1908 sans qu’elle ne porte officiellement le titre de couvent. Ce n’est qu’en 1940 qu’un couvent proprement dit est fondé et les inspecteurs ne tarissent pas d’éloges quant à l’enseignement prodigué en ce lieu. Les garçons ont droit à leur collège dès 1948. L’enseignement est offert par des laïcs et les inspecteurs se montrent très satisfaits de cette école. Ces mêmes inspecteurs critiquent alors abondamment les écoles de rang à cause du manque de matériel ou de la piètre qualité de celui-ci.

 

Le nombre d’écoles de rang a continué de croître puisqu’on en compte 11 pour 207 garçons et 189 filles en 1920, alors que le couvent et les sept religieuses accueillent 101 garçons et 113 filles. Au moment de la centralisation des élèves au village, il y a encore 12 écoles. À la demande de George Norris Trent en 1846, une école bilingue est en fonction dans le canton de Wendover dès 1854.

 

Les moyens de transport

La construction d’une route entre Wendover et Simpson est commencée en 1849 et elle est terminée en 1858 au moment où elle rejoint la rivière Nicolet. Le 3e rang est construit vers 1844 et la Ville de Drummondville a cédé ce rang à Saint-Cyrille-de-Wendover au moment de l’érection civile.

 

La traversée de la rivière Saint-François a causé bien des tourments aux pionniers. Les premières traversées s’effectuent principalement par canot pour aller à la messe. Quelques citoyens de Wendover et de Simpson se sont associés afin d’installer un bac. Un pont est érigé en 1860, mais les glaces l’ont emporté deux ans plus tard. Les citoyens sont donc revenus à l’utilisation du bac et ce, jusqu’à l’installation d’un nouveau pont en 1885.

 

Les grands entrepreneurs forestiers de la région, Charles Church, Thomas E. Fee et William Mitchell, fondent la compagnie de chemin de fer Drummond County Railway (DCR) afin d’assurer le transport de leurs bois. La ligne de chemin de fer dessert les chantiers forestiers et elle rejoint la ligne de la South Eastern Railway (SER) à Drummondville. Le chemin de fer de la SER (plus tard fusionnée avec la DCR) se rend au sud de la province et indirectement aux États-Unis. Cette voie croise aussi le Grand Tronc et elle garantit déjà un accès à Montréal. Le curé Bellemare a mentionné que le chemin de fer passe à Saint-Cyrille à l’été 1887 et il favorise le commerce du bois. En 1889, un pont pour la voie ferrée est construit sur la rivière Saint-François par la Dominion Bridge. Ce pont assure désormais le commerce entre les villes de Montréal et Québec. Divers embranchements sont ajoutés afin de relier les entreprises forestières au port Saint-François. Déjà en 1891, la DCR a créé une extension jusqu’à Saint-Hyacinthe afin de rejoindre le Grand Tronc via Montréal. Quelques années plus tard, le gouvernement fédéral achète les divers tronçons et il nomme la ligne l’Intercolonial en 1919 avant de fonder le Canadien National.

   

 

L’économie

Le commerce du bois et d’écorce s’est vu grandement favorisé par l’arrivée du chemin de fer et il permet à Saint-Cyrille-de-Wendover de devenir le plus important centre industriel forestier du comté de Drummond. La rivière Saint-François est également utilisée pour le « flottage du bois ». Il semblerait même que les terres à bois des cantons de Wendover et de Simpson s’avèrent les plus dispendieuses et qu’un minimum de neuf chantiers de bois soient en fonction afin d’alimenter les différents moulins à scie de la région.

 

Un des plus grands entrepreneurs forestiers est John Valentine Cooke qui réalise 20 000 $ de profit net avec « son premier hiver de chantier ». D’autres exploitants forestiers ont beaucoup investi dans la région, notamment Simon Bérard et la Compagnie des moulins à vapeur de Pierreville dont Senécal, Meigs, Henri Vassal et Louis Tourville sont les propriétaires. Après la faillite de la Compagnie des moulins à vapeur, celle-ci est rachetée par Louis Tourville et Joël Leduc en 1881 afin de créer la compagnie Tourville. Cette entreprise de grande envergure fournit du travail jusqu’en 1906 dans les cantons de Wendover et Simpson. Le bois de Saint-Cyrille-de-Wendover fournit les forges de Drummondville qui en utilisent environ 20 000 cordes par année. Les forges reçoivent également du fer limoneux en provenance du canton de Simpson.

 

La production de bois a été dominante sur le territoire de Saint-Cyrille-de-Wendover. De 1854 à 1873, c’est l’âge d’or du bois équarri ainsi que de l’écorce de pruche qui est envoyée aux tanneries. Il y a aussi une manufacture de tannin dans la première moitié du 19e siècle dans le canton de Simpson. Toutefois, la crise de 1873 est venue freiner cet élan économique. C’est alors que plusieurs personnes se sont tournées vers l’agriculture, l’industrie laitière ainsi que la production de beurre et de fromage. Cette nouvelle prospérité a été de courte durée puisqu’au lendemain de la Deuxième Guerre mondiale, la crise économique sévit et plusieurs agriculteurs qui se sont endettés pour investir doivent déclarer faillite. D’autres agriculteurs s’en sont plutôt bien sortis et ils se sont engagés « dans un processus de rationalisation de leurs opérations ».

 

L’exploitation de beurreries a été un phénomène populaire à partir des années 1880. Cependant, le manque de ressources ne permet pas souvent aux beurreries-fromageries d’embaucher un « fabricant » expérimenté pour cette industrie qui a une production saisonnière. Il y a déjà eu jusqu’à cinq fromageries sur le territoire de Saint-Cyrille-de-Wendover. Il est à noter que la fromagerie du 3e rang produit plus de 100 000 livres de fromage. Actuellement, il ne reste que la Fromagerie Lemaire qui est en activité dans le même bâtiment depuis 1956.

 

L’émigration et le départ des bûcherons pour les chantiers en septembre sont fréquents. Bon nombre de Cyrillois ont plié bagage pour les États-Unis ; on parle de 20 familles totalisant 161 personnes en 1879 et de 30 familles supplémentaires en 1881. Ces chiffres ont augmenté en 1923, alors que 38 familles ont quitté Saint-Cyrille-de-Wendover contre 40 familles en 1926. D’autres terres d’émigration comme l’Abitibi et l’ouest canadien ont attiré les familles. Plusieurs d’entre elles sont revenues au Québec à la suite de la crise économique de 1929. C’est l’industrialisation du Québec qui est venue diminuer l’émigration.

 

D’autres industries ont élu domicile sur le territoire de Saint-Cyrille-de-Wendover, notamment le moulin à farine de Théodore Phoenix de Saint-Hyacinthe et le moulin à raboter d’Herménégilde Champagne. La briqueterie de M. A. Courchesne a aussi été en fonction pendant quelques années.

 

Depuis le milieu du 20e siècle, plus de 80 % de la population demeurant au village de Saint-Cyrille-de-Wendover occupe un emploi à Drummondville. En outre, certaines entreprises ont quitté Drummondville et elles sont venues s’établir dans les cantons de Wendover et Simpson, notamment les usines Terrajet, R. B. Stamping, Holtite et Sintra. D’autres entreprises locales fournissent du travail aux Cyrillois, comme la Fromagerie Lemaire. L’agriculture occupe toujours une place importante, que ce soit l’industrie laitière, la culture maraîchère ou l’élevage d’animaux.

   

 

Le village

En 1878, il y a à Saint-Cyrille un cordonnier, trois forgerons, un marchand, un menuisier et 99 cultivateurs. On peut aussi bénéficier des services d’un bureau de poste, d’un médecin et de lignes de télégraphe et de téléphone qui se trouvent à proximité du village. Depuis 1983, Saint-Cyrille possède son aréna qui a coûté 944 000 $.

 

   

 

La vie municipale

La municipalité de Saint-Cyrille-de-Wendover a déjà eu son propre service de police et sa prison dans la salle municipale. La premier policier a été M. Couture et c’est M. A. Pépin qui l’a secondé jusqu’en 1937.

 

Un record Guinness de courte durée est établi à Saint-Cyrille en 1993 lorsque Thiro, le plus gros bonhomme de neige au monde est érigé. Il mesure 90 pieds de hauteur, mais ce record a été battu depuis plusieurs années. Parmi les personnalités connues de la municipalité on retrouve la célèbre patineuse artistique Jessica Dubé. Elle et son partenaire Bryce Davison ont remporté le titre de champions canadiens en 2007 et ils ont reçu la médaille de bronze lors des championnats mondiaux de 2008.

 

Pour en savoir davantage sur cette municipalité, il suffit de consulter le www.stcyrille.qc.ca.

admin-ajaxAdendart
Maison des arts Desjardins Drummondville

13 avril

Sibyllines et Espace GO

« Molly Bloom »

Théâtre, à 20 h

14 avril

Hugo Lapointe

« La suite »
Chanson, à 20 h

15 avril

Michel Barrette

« Drôle de vie »

Humour, à 20 h

16 avril

Les FantastiX

« Unifiés pour mystifier ! »

Variété, à 20 h

21 avril

Guy Nantel

« Corrompu »

Humour, à 20 h

22 avril

Brigitte Boisjoli

« Hommage à Patsy Cline »

Chanson, à 20 h

23 avril

Clémence Desrochers et Marie-Michelle Cusson

Chanson, à 20 h

24 avril

Tristan Longval-Gagné

« Scriabine, entre romantisme et modernisme »

Musique, à 14 h 30

15 fév.

Guillaume Wagner

« Trop humain »

Humour, à 20 h

30 avril

David Thibault

« Hommage à Elvis »

Chanson, à 20 h

175, rue Ringuet

Drummondville

819 477-5412

www.artsdrummondville.com

Le Baboune

13 avril

Four Fun

Musique, à 21 h

23 avril

René Proulx

Chanson, à 20 h

104, rue Marchand

Drummondville

819 850-0607

www.lebaboune.com

Le Duquartier, Drinkery Bar

13 avril

Charly Pop

« Comédie du quartier »

Humour, à 20 h

27 avril

Guy Bernier

« Comédie du quartier »

Humour, à 20 h

30 avril

JKs Band, Haida et Gwaii

Musique, à 20 h

330, rue Lindsay

Drummondville

www.facebook.com/LeDuquartier

Looba Café

14 avril

Soulmates

Chanson, à 17 h

234, rue Heriot

Drummondville

819 478-2109

Église Baptiste de la foi

14 avril

Chœur Allegri

Chanson, à 20 h

2250, boulevard Jean De-Brébeuf

Drummondville

Librairie Renaud-Bray

14 avril

Kim Thuy

« Vi »

Rencontre d’auteure, à 19 h

755, boulevard René-Lévesque

Drummondville

819 850-2000

Auditorium La Poudrière

14 avril

Programme particulier en art dramatique

« L’Entrevue »

Théâtre

21 avril

Programme particulier en art dramatique

« À portée de voix »

Théâtre

28 avril

Programme particulier en art dramatique

« La gang à Bouboul »

Théâtre

3 mai

Programme particulier en art dramatique

« Massacre à Summer’s groove »

Théâtre

5 mai

Programme particulier en art dramatique

« Motel Bienvenue et filles »

Théâtre

12 mai

Programme particulier en art dramatique

« Le divan »

Théâtre

1225, boulevard Jean-De Brébeuf

Drummondville

819 474-0757

Centre communautaire Claude-Nault

16 avril

J. C. Harrisson et Guylaine Tanguay

« Activité de financement »

Chanson, à 20 h

480, rue Lessard

Drummondville

819 479-8686

Salle Gaston-Mandeville

16 avril

Opened

« Hommage à System of a down »

Musique, à 20 h

232, rue Dorion

Drummondville

819 474-2484

www.refugelapiaule.com

Parrainage civique Drummond

16 avril

Mé Houle

« L’art selon Mé Houle »

Multidisciplinaire, à 20 h

130, rue Saint-Damase

Drummondville

819 472-1318

Centre communautaire Saint-Pierre

16, 17 avril

Artistes variés

« Week-end culturel »

Peinture, dessin, photographie

575, rue Saint-Alfred

Drummondville

819 478-7780

Pub Heriot

16 avril

Watchout

« Hommage à Alexisonfire »

Musique, à 20 h 30

30 avril

WD*40 et Fidel Fiasco

Musique, à 21 h

335, rue Heriot

Drummondville

819 471-2576

Page Facebook

Église Saint-Frédéric

17 avril

Les Amis de l’orgue

« Pâques à travers le plain-chant »

Musique, à 14 h

219, rue Brock

Drummondville

819 818-4313

Vitrine Firme Deloitte

Jusqu’au

17 avril

René Payer

Pastel sec

212, rue Heriot

Drummondville

819 474-7020

Maison de la culture de L’Avenir

23 avril

Martine Levac

« A visible jazz touch of… Genesis »

Musique, à 20 h

7 mai

David Jalbert

« De l’amour propre »

Chanson, à 20 h

Jusqu’au

15 mai

Jennifer Hélie

« Barbizon, l’exposition »

Peinture

Vernissage : 14 avril, à 17 h

624, rue Principale

L’Avenir

819 469-1614

www.maisondelaculturedelavenir.com

Bibliothèque Côme-Saint-Germain

21 avril

Jean Béliveau

« Le marcheur »

Récit de voyage, à 19 h

22, 28

avril

Heure du conte en pyjama (3 à 6 ans)

Animation, à 18 h 30

Réservation requise

23 avril

Jean-Pierre April

« Journée mondial du livre et du droit d’auteur »

Rencontre d’auteur, à 14 h

26 au 29

avril

Heure du conte (3 à 6 ans)

Animation, à 9 h 30

Réservation requise

1er mai

Bout’chou litou (20 mois à 3 ans)

Animation, à 10 h 30

Réservation requise

Jusqu’au

1er mai

Ginette Cloutier

Photos et collection d’appareils

545, rue des Écoles

Drummondville

819 478-6573

Complexe arts et découvertes

23 avril

Artistes variés

« Soirée country rétro pop »

Chanson, à 13 h

1003, rue Principale

Wickham

www.complexeartsetdecouvertes.com

École secondaire La Poudrière

23 avril

Ligue scolaire d’improvisation

« Ronde éliminatoire »

Improvisation, à 9 h

1125, boulevard Jean-De Brébeuf

Drummondville

819 478-1483

Camping Plage des sources

23 avril

Artistes variés

« Au saloon avec Réal et Manon »

Chanson, à 14 h

1224, route 139 (entrée B)

Wickham

819 394-3462

Resto pub Le Gibier

26 avril

Jérémie Laroche et Mathieu Cyr

« Les soirées comédie-grill »

Humour, à 19 h 30

235, rue Heriot

Drummondville

819 850-0098

Pub Le Saint-Georges

Jusqu’au

1er mai

France Larocque (Laroc)

Photographie

250, rue Heriot

Drummondville

819 475-3500

AXART

Jusqu’au

1er mai

William Grandmont

« Retour aux souches »

Métiers d’art

« Chanson à texte »Jusqu’au

29 mai

Exposition collective

« Chanson à texte »

Médiums variés

219, rue Heriot

Drummondville

819 477-0278

www.axart.ca

Local du Cercle de fermières Saint-Simon

7, 8 mai

Membres du Cercle de fermières

« Exposition printanière »

Métiers d’art

295, rue Cockburn

Drummondville

819 474-3000

Galerie d’art Desjardins

Jusqu’au

10 mai

Sylvie Plante

« Animal nation »

Œuvre papier, toile, sculpture

Vernissage : 17 avril, à 14 h

175, rue Ringuet

Drummondville

819 477-5519, poste 225

www.artsdrummondville.com

Resto La Muse

Jusqu’au

31 mai

Zabel

Peinture

 

Jusqu’au

26 juin

Caroline Piché (Caro)

Peinture

158, rue Heriot

Drummondville

819 471-4664

www.restolamuse.com

Salon des nouveautés – Bibliothèque Côme-Saint-Germain

Jusqu’au

5 juin

Guilde des artistes de Drummondville

« Renouveau »

Médiums variés

 

545, rue des Écoles

Drummondville

819 478-6573

www.artistesdrummondville.com

Galerie mp tresart

Jusqu’au

30 juin

Ghyslaine Louis-Joseph

« Vie »

Peinture

Jusqu’au

30 juin

Exposition collective

« La danse de la matière »

Peinture, technique mixte

 

Jusqu’au

30 juin

Exposition collective

« Et si les mots parlaient… »

Peinture, technique mixte

Vernissage des expositions : 16 avril, à 14 h

 

220, rue de l’Hôtel-de-Ville (route 116)

Durham-Sud

819 858-2177

www.galeriemptresart.com

À la Bonne Vôtre

Jusqu’au

30 juin

Evelyn Losier

Technique mixte

207, rue Heriot

Drummondville

819 474-0008

www.alabonnevotre.ca

Les Cinémas RGFM

RGFM : 755, rue Hains

Cinéma Capitol : 253, rue Lindsay

Drummondville

www.cinemasrgfm.com

Publié par la MRC de Drummond
436, rue Lindsay, Drummondville (Québec)  J2B 1G6
819 477-2230, poste 111      culturel@mrcdrummond.qc.ca

 

Avec l’appui financier du ministère de la Culture
et des Communications du Québec

Responsables du contenu : Jocelyn Proulx et Jean Dufresne
Mise en page : OZON création marketing

La reproduction du contenu de ce bulletin est autorisée
avec mention de la source.

 

Transmettre une information ou un commentaire

Consulter les bulletins archivés

Consultez le bulletin culturel de la MRC de Drummond
Consultez le bulletin culturel de la MRC de Drummond