VOLUME 10, NUMÉRO 5, 16 JUIN 2017

Slider accueil 1-750xOrchestreV2
Slider accueil 1-750xRue
Slider accueil 1-750xchant

Dévoilement des premiers lauréats de l’Ordre de Drummondville : le secteur des arts et de la culture bien représenté

La Ville de Drummondville a dévoilé les premiers lauréats de l’Ordre de Drummondville, lors d’une cérémonie qui s’est déroulée en présence de nombreux dignitaires le dimanche 11 juin 2017 au Centrexpo Cogeco Drummondville. Pour cette première édition, 24 personnes ont été décorées de l’Ordre, dont sept officières et officiers ainsi que 17 membres. Créé plus tôt cette année par le conseil municipal, l’Ordre de Drummondville a été mis sur pied pour reconnaître des individus qui contribuent ou qui ont contribué au dynamisme de Drummondville par leurs accomplissements, leurs initiatives ou leurs réalisations. Chez les officiers, la plus haute distinction possible de reconnaissance civique, on retrouve l’artiste Rita Letendre et le musicien et compositeur Gilles Fortin. On compte également des membres issus du secteur des arts et de la culture, soit Gilles Beaudoin, Serge Boudreau, Jocelyn Gagné et François-Régis Fournier.

Chez les officiers, la plus haute distinction possible de reconnaissance civique, on retrouve l’artiste visuelle Rita Letendre et le musicien et compositeur Gilles Fortin.
Le prix a été accepté avec fierté par le préfet et par l’agent de développement culturel de la MRC, Jean-Pierre Vallée et Jocelyn Proulx.

La MRC de Drummond honorée pour le projet Patrimoinedrummond.ca

À l’occasion du 30e colloque du réseau Les Arts et la Ville qui s’est déroulé du 31 mai au 2 juin à Montmagny, la MRC de Drummond a remporté le prix Culture et développement (catégorie des municipalités de 100 000 habitants et plus) pour le projet Patrimoinedrummond.ca. Le site web créé par la MRC constitue l’un des outils les plus complets au Québec en matière de patrimoine et présente un intérêt majeur tant pour les citoyens des 18 municipalités du territoire que pour les amateurs et les professionnels du secteur patrimonial. Le jury a souligné le caractère rassembleur de cette initiative ainsi que l’originalité de l’outil créé par la MRC. Pour visiter le site : www.patrimoinedrummmond.ca.

Le répertoire des sorties culturelles de la MRC de Drummond est en préparation

La MRC de Drummond invite les artistes professionnels et les organismes de son territoire qui accueillent des visiteurs pour des sorties culturelles à se manifester en vue de la publication d’une version mise à jour de son répertoire d’activités. Cette deuxième édition, qui sera réalisée en collaboration avec la Commission scolaire des Chênes, pourra notamment être utile aux écoles, aux centres de la petite enfance (CPE), aux résidences pour personnes âgées, aux entreprises et aux groupes désireux de se prévaloir de l’offre culturelle d’ici. Des informations additionnelles et le formulaire de proposition d’activité peuvent être obtenus en communiquant avec Jocelyn Proulx, agent de développement culturel de la MRC, au 819 477-2230, poste 111, ou en visitant le www.mrcdrummond.qc.ca. La date limite pour soumettre une activité dans le cadre de ce projet a été fixée au 7 juillet prochain.

Alexandre Cusson, maire de Drummondville, accompagné de la directrice du Service des arts, de la culture et de la bibliothèque, Véronique Tremblay, lors de la conférence de presse durant laquelle ont été annoncés les détails entourant la fermeture de la bibliothèque Côme-Saint-Germain.

Une page d’histoire se tourne pour la bibliothèque municipale de Drummondville

La Ville de Drummondville a dévoilé le plan de transition de la bibliothèque municipale qui mènera à la fermeture de la bibliothèque Côme-Saint-Germain et à l’ouverture officielle de la nouvelle Bibliothèque publique de Drummondville dans l’édifice Francine-Ruest-Jutras. Tout d’abord, après 34 ans d’opération sur la rue des Écoles, la bibliothèque Côme-Saint-Germain fermera ses portes le 16 juillet 2017, à 16 h. Environ quatre semaines seront ensuite nécessaires pour assurer le déménagement de la bibliothèque municipale de Drummondville vers l’édifice Francine-Ruest-Jutras. Au cours de cette période, la Ville procédera, entre autres, au transfert de plus de 135 000 unités physiques de documentation ainsi qu’à l’installation des nouveaux mobiliers et équipements. L’inauguration officielle de l’édifice Francine-Ruest-Jutras et de la Bibliothèque publique de Drummondville se tiendra le 18 août et donnera le coup d’envoi aux journées portes ouvertes, les 18 et 19 août prochains. Puis, à compter du lundi 21 août, la nouvelle bibliothèque sera officiellement mise en service. Pour toute question à ce sujet, les citoyens de Drummondville pourront composer le 819 478-6573 pendant les heures régulières d’ouverture, soit le mardi de 9 h 30 à 17 h, du mercredi au vendredi de 9 h 30 à 20 h et le samedi et le dimanche de 9 h à 16 h.

Un microprogramme en histoire de l’art débute cet automne au campus de Drummondville de l’UQTR

Les passionnés d’art et de culture pourront, à compter de l’automne prochain, suivre un microprogramme de premier cycle en histoire de l’art au campus de Drummondville de l’UQTR. Ce programme vise à offrir une formation de base en histoire de l’art. Il veut favoriser une ouverture sur le monde des arts visuels par l’exploration de différents discours, tant historiques qu’interprétatifs, de l’œuvre d’art. Pour plus d’informations, cliquez ici.

Les élèves centricois honorés à la cérémonie des Mérites en histoire, entourant le récipiendaire du prix Lionel-Groulx 2017, l’artiste Steve Veilleux.

Remise des prix Mérites en histoire de la Société Saint-Jean-Baptiste du Centre-du-Québec

Près de 200 personnes étaient réunies le 24 mai dernier au Centre Richard-Lebeau de Saint-Léonard-d’Aston pour souligner les résultats remarquables d’élèves centricois à leur examen final du cours d’histoire de 4e secondaire. Selon les statistiques du MESS, au Centre-du-Québec, pour l’année scolaire 2015-2016, 75 élèves avaient obtenu plus de 95 % à l’épreuve ministérielle d’histoire et d’éducation à la citoyenneté, recevant ainsi une invitation pour s’inscrire à la cérémonie des Mérites en histoire. Cinquante-neuf d’entre eux se sont prévalus de cette invitation. De ce nombre, 20 provenaient d’écoles situées sur le territoire de la MRC de Drummond, 9 de Bécancour – Nicolet-Yamaska et 30 des MRC de l’Érable et d’Arthabaska. Cette cérémonie a aussi été l’occasion de dévoiler le récipiendaire 2017 du prix Lionel-Groulx, visant à reconnaître l’engagement d’une personne à la promotion de l’histoire nationale et du patrimoine québécois. Et c’est l’artiste bien connu Steve Veilleux qui a été honoré pour son apport à la culture québécoise et pour son projet artistique et historique T’en souviens-tu encore, Godin ? Enfin, un enseignant d’histoire du Collège Saint-Bernard de Drummondville, Frédéric Rémillard, s’est vu remettre une médaille de l’Assemblée nationale pour souligner sa passion contagieuse, sa rigueur légendaire et son souci d’élever l’histoire nationale au rang des disciplines les plus importantes du cursus secondaire.

L’OB’CD du disque invite la population à un grand bazar pour une bonne cause

Les 17 et 18 juin prochains, le magasin de musique l’OB’CD du disque offrira quantité de CD, DVD, vidéos, livres, disques, cassettes audio et jouets au prix de 1 $ chacun. Les profits de cette vente iront à la Maison René-Verrier. Les personnes intéressées sont invitées à se rendre au 416 de la rue Lindsay.

Publication d’un nouveau recueil pour Diane Descôteaux

La poète bonconseilloise Diane Descôteaux vient de publier aux éditions Unicité un recueil de haïkus intitulé À coup d’ailes. « Ce n’est pas rien que de s’immerger dans l’univers poétique de Diane Descôteaux. Disons le tout de suite : en ouvrant son livre, il faut être prêt à embarquer pour un périple vertigineux, à attraper au vol ses haïkus en rafale écrits aux quatre coins du monde, entre ciel et mer, entre deux continents, entre deux lunaisons, entre deux rives, entre deux rires, entre deux pleurs, entre… », écrit Danièle Duteil, préfacière de ce livre. Pour le commander, contactez l’auteure à info@dianedescoteaux.com.

Les pépins de Pépin, un nouveau livre pour enfants signé Brigitte Beaudoin

L’animatrice et auteure pour enfants Brigitte Beaudoin alias La Pie curieuse vient de publier un livre intitulé Les pépins de Pépin. Conçu en collaboration avec le Regroupement des personnes handicapées du Centre-du-Québec, il raconte le passage d’un jeune garçon handicapé dans un camp de vacances estival. Les illustrations sont de Melsa Montagne, artiste peintre de Montréal. L’ouvrage est disponible chez Buropro Citation.

Lancement de la saison 2017-2018 de l’Orchestre symphonique de Drummondville (OSD)

Le jeudi 8 juin dernier, l’Orchestre symphonique de Drummondville (OSD) procédait au lancement médiatique de sa saison 2017-2018. Julien Proulx, directeur artistique de l’orchestre, a présenté une programmation qui transportera le public à la fin du 19e siècle avec deux concerts de musique romantique, et au début du 20e siècle avec un concert jazz et un concert de musique française. Diane Pepin, directrice générale de l’OSD, a mentionné que les conférences préconcert céderont la place cette saison aux Après-concerts Soprema, un moment privilégié d’échange avec le chef et les musiciens. Elle en a profité aussi pour annoncer une nouveauté : les conférences de Julien Proulx. Celui-ci, avec son style vivant et imagé, présentera deux conférences gratuites qui permettront aux participants d’approfondir leurs connaissances musicales. La première conférence se tiendra le 3 novembre 2017 et la seconde le 7 mars 2018. Pour vous procurer des billets, il suffit de visiter le www.osdrummondville.com.

Natalia Kononova, violon solo de l’orchestre, Julien Proulx, chef, Diane Pépin, directrice générale et Alexandre Cusson, maire de Drummondville.
Membres de la chorale Les Gospangels

Les Gospangels chanteront avec une chorale de l’Alsace

Le 25 juin prochain, Les Gospangels partageront la scène avec la chorale Les Troubadours, une chorale alsacienne qui sera de passage à Drummondville. Il s’agit d’un spectacle gratuit qui aura lieu à 19 h à la place Saint-Frédéric. Les 47 Alsaciens membres de la chorale seront à Drummondville dans le cadre d’un échange organisé par l’Association citoyenne de Drummondville et ses jumelées. Les deux chorales présenteront leur répertoire respectif, mais uniront aussi leur voix le temps de quelques chansons. Le spectacle fait partie de la programmation de la Corporation d’animation Heriot.

Le Département des arts visuels du Cégep de Drummondville remet ses prix d’excellence

Le Département des arts visuels du Cégep de Drummondville a récemment profité du vernissage de l’exposition des finissants Interiora pour remettre des prix d’excellence. Le prix Buropro Citation a été attribué à Michaël Lepage, venant récompenser la qualité de son œuvre ainsi que l’excellence de son dossier scolaire tout au long de sa formation en arts. Par ailleurs, dans le cadre du Programme d’acquisition d’œuvres d’art étudiantes, chapeauté par la Direction des affaires étudiantes et des communications, Mélanie Beauchamp a vu son œuvre intitulée Dimension être sélectionnée ; celle-ci ornera désormais les murs du cégep. Aussi, des estampes de Juliette Dupont-Duchesne et de Samuel Boutin s’ajouteront au cabinet d’arts graphiques. Quant au prix DeSerres 2017, récompensant l’originalité, la maturité artistique et la qualité de réalisation technique d’un finissant, il a été décerné à Juliette Dupont-Duchesne. Au terme de l’exposition Interiora, le prix Coup de cœur du public sera attribué à l’œuvre préférée des visiteurs. Son créateur remportera une gamme de revues spécialisées en arts.

Les finissants et finissantes du programme Arts visuels du Cégep de Drummondville sont fiers de présenter l’exposition Interiora.

Retour du Prix national de poésie pour les aînés

Dans le cadre du 33e Festival de poésie de Trois-Rivières, un appel est lancé pour le Prix national de poésie pour les aînés. Le candidat doit être de citoyenneté canadienne et être âgé d’au moins 55 ans ; il doit n’avoir jamais publié un ouvrage de poésie chez un éditeur reconnu, ni avoir en sa possession un contrat ou une promesse de publication. De plus, il ne doit pas avoir déjà remporté le 1er prix à ce concours. Le poème doit être mis à la poste au plus tard le 31 juillet 2017. Pour en savoir plus, visitez le site web du festival.

Appel de candidatures pour l’édition 2017 du prix Charles-Biddle

Le prix Charles-Biddle souligne l’apport exceptionnel d’une personne ayant immigré au Québec et dont l’engagement personnel ou professionnel contribue au développement culturel et artistique du Québec sur la scène locale, nationale ou internationale. Il récompense les efforts, l’implication et l’engagement d’un individu qui, par ses réalisations, est un modèle de réussite, non seulement dans son domaine mais aussi pour l’ensemble de la société québécoise. Tout candidat ou candidate doit avoir immigré au Québec, y résider et y avoir réalisé la majeure partie de sa carrière. Il ou elle doit également œuvrer dans le secteur des arts et de la culture et avoir contribué de façon notable au développement culturel et artistique du Québec. La date limite pour déposer une candidature est le 18 août 2017. Pour plus de détails, visitez le site web de Culture pour tous.

Armand Vaillancourt de passage à l’école Jean-Raimbault

Les 3, 4 et 5 mai derniers, Armand Vaillancourt, ce coloré peintre, sculpteur et militant âgé de 87 ans, a su guider les élèves des cours d’option en arts plastiques avec toute la fougue qu’on lui connaît. Ensemble, ils ont réalisé plus de 10 murales sur toile en trois jours. Ce personnage unique en son genre avec sa verve et son énergie débordante en a surpris plus d’un par sa vivacité d’esprit. L’artiste a également donné une conférence aux élèves, puis une autre au grand public en leur faisant défiler trois carrousels de diapositives montrant ses œuvres les plus marquantes.

Les arts et la culture seront au rendez-vous tout l’été… Y serez-vous ?

La Société Saint-Jean-Baptiste du Centre-du-Québec convie les Centricois à célébrer la 183e édition de la Fête nationale, qui met nos emblèmes en avant-scène avec comme slogan Québec, emblème de notre fierté. Les 23 et 24 juin, près de 300 activités seront proposées à la population, dont 70 prestations artistiques. Une multitude d’artistes seront donc sur scène dans la région. Des festivités se dérouleront dans 18 différents endroits de la MRC de Drummond. Pour tout savoir sur les activités, visitez le www.fetenationale.quebec.

Pour célébrer ses 40 ans d’existence, le Village québécois d’antan fait plaisir aux visiteurs en leur offrant une série de rabais tout au long de l’été. Il est ainsi possible de se procurer des forfaits combinant la visite de jour et celle du nouveau Village invisible, deux expériences complètement différentes. Rappelons que le Village invisible propose une grande aventure nocturne alliant technologies immersive et mobile présentant les légendes et héros du Québec. Il s’agit d’un concept unique au Canada. www.villagequebecois.com

Le Comité de citoyens du quartier Saint-Joseph propose encore une fois cet été la série de spectacles Sur une bonne note, tous les mercredis dès 19 h au parc Curé-Demers. Au total, 10 spectacles sont prévus.

Du 25 juin au 3 septembre, parcourez le centre-ville de Drummondville avec le guide urbain, qui propose des informations historiques, des anecdotes sur les personnages et fondateurs importants, des visites guidées du cimetière de l’église St. George ainsi qu’une liste des activités à faire, des prestations artistiques à venir et d’autres événements à surveiller.

Dans le cadre de la 10e édition des Jeudis en chansons de la Société Saint-Jean-Baptiste du Centre-du-Québec, 38 spectacles seront présentés tout l’été dans les municipalités rurales de la région. Huit de ces spectacles auront lieu dans la MRC de Drummond, soit à Saint-Germain-de-Grantham le 6 juillet, à Saint-Eugène le 13 juillet, à Lefebvre et à Saint-Bonaventure le 20 juillet, à Wickham le 3 août, à Saint-Félix-de-Kingsey le 10 août, à Saint-Lucien le 17 août et à L’Avenir le 24 août. Le porte-parole de cette 10e édition est Steve Veilleux du groupe Kaïn. Pour en savoir davantage, rendez-vous au www.ssjbcq.quebec.

Il sera possible de visiter le Domaine Trent et de découvrir les expositions qui y sont présentées, du 25 juin au 3 septembre prochains. Durant la saison estivale, des guides-interprètes vous accompagnent lors de votre visite. Vous pourrez admirer les expositions Les photos drôles font l’histoire (de la Société d’histoire de Drummond) et Cuisine d’antan (en collaboration avec le Village québécois d’antan) de même que les cinq panneaux d’interprétation historique en visite libre.

Profitez d’une visite libre ou guidée de la basilique Saint-Frédéric, un lieu de culte empreint de beauté et d’histoire. Découvrez ou redécouvrez autrement ce bâtiment patrimonial ouvert au public en saison estivale, maintenant élevé au statut de basilique.

Du 30 juin au 26 août, la Maison des arts Desjardins Drummondville accueillera la pièce de théâtre d’été Sylvia. Des comédiens bien connus seront sur scène : Pierrette Robitaille, Marcel Leboeuf, Claude Prégent et Sonia Cordeau. www.artsdrummondville.com

Admirez l’Espace Frederick-George-Heriot et soyez témoin d’une rencontre unique entre l’art, l’histoire et la musique. Ce lieu public, aménagé afin de rendre hommage au major-général Frederick George Heriot, fondateur de Drummondville, sera animé certains dimanches après-midi lors des Dimanches intimes. De beaux moments en perspective dans un univers de musique classique ou de jazz… et dans un décor unique !

La MRC de Drummond offre aux amateurs d’arts visuels un circuit regroupant une quinzaine de lieux de création et de diffusion situés aux quatre coins de la MRC. Il s’agit de la Galerie d’art Desjardins, du Musée populaire de la photographie, d’Axart – centre de diffusion et de développement artistique, du Barbizon – bateau atelier, de la Galerie d’art Solange Lebel, de La Caisse – espace collaboratif, de la Galerie mp tresart, de l’Atelier Ricard-Tessier, du Mouvement Essarts, de Janet London Visuals, de l’Atelier d’art Renée Sylvain, de Nature 2 Art, de la bibliothèque de Drummondville et de la maison Smith-Coll du Village québécois d’antan, ces deux derniers endroits exposant des œuvres des membres de la Guilde des artistes de la région de Drummondville. Aussi, le centre administratif de la MRC de Drummond figure dans la liste des arrêts proposés. On peut y admirer la collection de la MRC. Le dépliant présentant le circuit est disponible au Bureau d’information touristique ou au www.mrcdrummond.qc.ca.

De juin à septembre, les pianos publics offriront à la population l’occasion de pianoter sur des instruments situés dans divers espaces publics de Drummondville.

Le Centre d’interprétation de la fromagerie de Saint-Guillaume propose une visite qui comprend deux vitrines sur l’emballage et trois sur la fabrication ainsi que des vidéos explicatives. Sur place, comptoir de vente de fromage chaud du bassin et de produits du terroir. Possibilité de visite guidée tarifée durant laquelle vous pressez vous-même votre fromage. Bar laitier en saison estivale. Horaire détaillé au www.agrilaitcoop.com.

Cinq concerts sont prévus cet été dans l’amphithéâtre extérieur des Jardins Lumières à L’Avenir. Le 15 juillet, c’est Jorge Martinez qui ouvrira la saison avec son spectacle Supernova. Plusieurs artistes en arts visuels présentent des œuvres intégrées au jardin. www.jardins-lumieres.com

Du 7 au 15 juillet 2017, le parc Woodyatt de Drummondville vibrera dans le cadre de la 36e édition du Mondial des cultures, un véritable voyage autour du globe. www.mondialdescultures.com

L’Amphithéâtre Saint-François sera l’hôte du spectacle en art équestre D’Artagnan. Du 6 juillet au 19 août, venez vivre la véritable histoire de D’Artagnan et des trois mousquetaires dans ce spectacle alliant prouesses équestres, cascades et théâtre. www.apzara.com

La première édition du Festival de la blague se tiendra les 4 et 5 août prochains à l’Amphithéâtre Saint-François. Des humoristes bien connus se succéderont sur la scène extérieure bordant la rivière Saint-François. www.festivaldelablague.com

Le Week-end country rétro pop du Camping La Détente est de retour du 16 au 20 août et plusieurs vedettes de la chanson country y seront en spectacle. On y soulignera notamment le 50e anniversaire de ce camping. www.campingladetente.ca

Le Festival de la poutine, qui en est à sa 10e édition en 2017, présente encore une fois une programmation musicale variée du 24 au 26 août. www.festivaldelapoutine.com

Activités d’animation dans les bibliothèques de la MRC de Drummond

La MRC de Drummond offre un programme d’animation culturelle dans les bibliothèques municipales. Il est financé en parts égales par la MRC et par le ministère de la Culture et des Communications. À venir :

Bibliothèque de

Saint-Félix-de-Kingsey

Les trois petits cochons… (enfants)

Brigitte Beaudoin

20 juin, à 13 h 30

819 396-2332

 

Bibliothèque de

Saint-Bonaventure

Réveille le monstre qui sommeille en toi (enfants)

Flaflam Studio

28 juin, à 13 h 30

819 396-2051

 

Bibliothèque de

Saint-Germain-de-Grantham

Les 3 petits cochons… (enfants)

Brigitte Beaudoin

29 juin, à 19 h

819 395-4047

 

Zarbi-fête : percussions du monde (adolescents et adultes)

France Lamothe

13 juillet, à 19 h

819 395-4047

 

Qu’est-ce que tu me racontes ? (adolescents et adultes)

Jean-Luc Boutin

21 juillet, à 19 h

819 395-4047

 

Bibliothèque de

Saint-Edmond

Piqûre-lecture (enfants)

Brigitte Beaudoin

6 juillet, à 10 h 30

819 395-4036

 

Noël autour de monde (enfants)

Ensemble folklorique Mackinaw

20 juillet, à 10 h 15

819 395-4036

Programme de formation continue de Culture Centre-du-Québec

Culture Centre-du-Québec propose une série d’activités de formation afin de mieux outiller le milieu culturel centricois. La prochaine activité prévue est Y a-t-il un capitaine à la barre ? La gouvernance des organismes artistiques et culturels, le 20 juin à Culture Centre-du-Québec à Bécancour. Pour en savoir davantage, cliquez ici.

Des nouvelles de nos artistes

Plusieurs artistes de chez nous sont en nomination à la cinquième édition du Gala country qui se tiendra au Casino de Montréal le 14 octobre prochain. Renée Martel est en lice dans trois catégories (Album de chansons originales de l’année, Interprète féminine de l’année et Spectacle de l’année). Parmi les finalistes, on retrouve également Pascal Allard (Chanson de l’année) ; Alexandre et Alexandre Junior Meunier (Groupe de l’année) et Sylvain Ménard (Interprète masculin de l’année).

Une équipe de danse du Cégep de Drummondville a remporté une médaille d’or en style libre dans le cadre de la 23e édition du Festival international de danse Encore de Trois-Rivières, qui se déroulait au début de mois de juin.

L’artiste Nancy Belisle (Nabé) s’est vu décerner récemment le titre d’académicienne par l’Académie internationale des beaux-arts du Québec (AIBAQ). Pour en savoir davantage sur cette artiste, visitez le www.nabeartiste.net.

Histoire et patrimoine dans nos municipalités

La MRC de Drummond, en collaboration avec la Société d’histoire de Drummond, vous propose des chroniques historiques relatives à différents sujets touchant l’histoire et le patrimoine local.

 

La Société Saint-Jean-Baptiste et les origines de la Fête nationale du Québec

Texte de Martin Bergevin et Michaël Bergeron

Soulignée chaque année le 24 juin, la Fête nationale des Québécois tire ses origines d’une tradition païenne ancienne visant la célébration du solstice d’été. La coutume de cette fête voulait notamment qu’un grand feu de joie soit allumé lorsque le soleil est à son apogée lors de la plus longue journée de l’année. Cette coutume se pratiquait déjà à l’époque de la Nouvelle-France.

 

C’est cependant le 24 juin 1834, à l’occasion du banquet de fondation de la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal, organisé par Ludger Duvernay, que l’idée de doter le peuple canadien-français d’une fête nationale annuelle se développe. Plus de 60 personnes participent à cette soirée, dont Jacques Viger, Louis-Hippolyte Lafontaine et George-Étienne Cartier. Couronné de succès, l’événement est l’occasion de « cimenter l’union entre Canadiens » et de boire à la santé du Parti patriote ainsi qu’aux 92 résolutions. C’est aussi le moment d’encourager les Canadiens à fêter la Saint-Jean-Baptiste. L’initiative lancée comme symbole de continuité historique (puisque cette dernière était célébrée dès les débuts de la colonie) fait écho dès l’année suivante et plusieurs rassemblements sont organisés dans le Bas-Canada.

 

Les réjouissances sont cependant de courte durée puisque les Rébellions patriotes de 1837-1838 provoquent l’interruption des fêtes pour les cinq années suivantes. En 1843, la première assemblée générale de l’Association Saint-Jean-Baptiste a lieu dans une salle du marché Sainte-Anne à Montréal. Le groupe de Duvernay réitère publiquement son invitation à célébrer la Fête nationale des Canadiens-français le 24 juin en plus d’y associer la devise Rendre le peuple meilleur. Cette année-là, à Montréal, se tient le premier défilé à grand déploiement de la Saint-Jean-Baptiste, une tradition qui perdure encore aujourd’hui.

Reconnue officiellement en 1925 par l’Assemblée législative du Québec, la fête de la Saint-Jean-Baptiste devient dès lors un jour férié et prend véritablement son envol. La vitalité et la fierté de la nation canadienne-française sont alors mises de l’avant. Ce sentiment est augmenté en 1948 avec l’adoption du fleurdelisé comme drapeau officiel du Québec. Pour la première fois, les Québécois portent fièrement et à bout de bras leur drapeau national lors des célébrations du 24 juin.

 

La fête des Québécois perd peu à peu, dans les années 1960 et 1970, son caractère religieux et adopte une mission plus culturelle. C’est dans un climat politique de tensions et de contestations que se déroule la Saint-Jean-Baptiste en 1968 et en 1969. Certaines d’entre elles se terminent d’ailleurs en émeute. En 1975, Gilles Vigneault interprète pour la première fois sa célèbre chanson Gens du pays qui devient symboliquement l’hymne national des Québécois, succédant ainsi à À la claire fontaine, l’air national adopté en 1878 par l’Association Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal.

 

En 1977, le gouvernement du Parti Québécois proclame le 24 juin jour de Fête nationale du Québec. Cette journée sera désormais fériée et chômée en plus de devenir la fête de tous les Québécois, adoptant ainsi le caractère laïque et rassembleur que nous lui connaissons aujourd’hui.

Les premières célébrations de la Saint-Jean-Baptiste à Drummondville

 

À Drummondville, les premières manifestations connues de la Saint-Jean-Baptiste remontent à 1902. À l’occasion de ces célébrations, l’avocat Napoléon Garceau organise, le 19 juin, une grande manifestation nationaliste. Il tente ainsi d’influencer le premier ministre du Canada de l’époque, Wilfrid Laurier, à résister aux pressions impérialistes qu’il risque de subir lors de la Conférence Impérial, tenue en Angleterre et prévue à l’été. Selon ce que l’on peut lire dans le journal L’Union des Cantons de l’Est du 20 juin 1902, plus de 2000 personnes venues des comtés environnants se sont rassemblées pour venir entendre les orateurs Dominique Monet (député de Napierville-Laprairie), Louis Lavergne (député de Drummond-Arthabaska), Henri Bourassa (député de Labelle), Victor Geoffrion (député de Chambly-Verchères), Aimé Beauparlant (avocat de Saint-Hyacinthe), Joseph-Édouard Perreault (avocat d’Arthabaska), ainsi qu’Armand Lavergne (étudiant en droit). L’extrait suivant démontre bien l’ambiance qui y régnait : « Drummondville avait un air de fête. Chaque demeure était ornée de drapeaux. On sentait que les citoyens étaient heureux de donner à notre démonstration nationale un succès sans précédent. Des centaines et des centaines de personnes sont venues des comtés de Drummond, Arthabaska, Yamaska, Nicolet, Bagot. »

 

Quelques années plus tard, dans l’édition du 28 juin 1913 du journal Le Présent, on fait état d’un événement heureux lors des fêtes de la Saint-Jean-Baptiste. En effet, le pont s’élevant au-dessus de la rivière Saint-François est déclaré libre et la barrière de péage disparaît pour l’événement. On peut y lire notamment que « la ville et le pont étaient pavoisés de drapeaux » et que messieurs Ovide Brouillard, Hector Laferté et le curé Frédéric Tétreault ont profité de l’occasion pour prononcer des discours et s’adresser à la foule. Évidemment, la fête de la Saint-Jean-Baptiste va de pair avec la religion catholique à cette époque. Camille Duguay, fondateur du journal La Parole, le mentionne d’ailleurs avec style dans son texte du 24 juin 1926.

 

« Les fêtes nationales sont au patriotisme, ce que les fêtes religieuses sont au catholicisme. […] C’est le temps pour tous, au jour de la Saint-Jean-Baptiste, de réchauffer notre âme aux clartés de l’édifiant passé, de laisser notre sentiment prendre la voie de la reconnaissance, de nous agenouiller avec respect dans le temple du souvenir, pour bénir la mémoire de ceux qui ont préparé notre présent plein de promesses, tout en formulant pour l’avenir, des serments de fidélité à notre clocher et à notre drapeau. »

Les festivités organisées témoignent directement de cette réalité. Dès 9 heures, le 24 juin 1926, l’église Saint-Frédéric se remplit pour faire place aux fidèles désireux de commémorer le souvenir de Saint-Jean-Baptiste. L’édition du 1er juillet 1926 du journal La Parole nous en apprend davantage sur la suite des célébrations et nous permet d’en avoir un portrait assez juste :

 

« Immédiatement après la messe, plusieurs chars automobiles superbement décorés, paradèrent dans les rues de la ville au son des airs patriotiques rendus par nos fanfares L’Harmonie de Drummondville et celle des Cadets de l’École Garceau. On se rendit ainsi triomphalement sur le terrain de l’École St-Frédéric où il y eut diner champêtre, jeux variés et discours patriotiques. […] Dans l’après-midi, une belle partie de balle au champ réunit un grand nombre de personnes qui furent vivement intéressées par les joueurs. Le soir, un programme élaboré, exécuté par l’Harmonie de Drummondville, où les airs canadiens, se dégageant dans une poétique évocation, furent frénétiquement applaudis par la foule. À 10 heures, feux d’artifices, puis la ville entra dans le silence imposant de la nuit sous le regard des vigilantes étoiles. »

 

Ces extraits témoignent avec éloquence de la vitalité de cette fête bien ancrée dans la tradition canadienne-française. Plus encore, on comprend qu’il y avait, à Drummondville, des célébrations entourant la fête de la Saint-Jean-Baptiste, et ce, bien avant la création de la Société Saint-Jean-Baptiste du diocèse de Nicolet.

Fondation de la Société Saint-Jean-Baptiste du diocèse de Nicolet

C’est sous la thématique S’unir et tenir que la Société Saint-Jean-Baptiste (SSJB) du diocèse de Nicolet se constitue en fédération lors d’un congrès tenu à l’École Saint-Frédéric de Drummondville, les 26, 27 et 28 mai 1944. À cette occasion, huit sections paroissiales jusqu’alors autonomes, c’est-à-dire Saint-Frédéric, Saint-Joseph, Saint-Simon, Sainte-Thérèse, Saint-Cyrille, Saint-Léonard-d’Aston, Nicolet et Victoriaville, décident de réunir leurs effectifs en un front commun pour la défense des intérêts des Canadiens-français. Les fondateurs sont J.-M. Rousseau, R. Gauthier, J. Campagne, A. Vigeant, R. Beaudet, A. Rheault, L.-P. Costin, O. Guèvremont, R. Boisvert, H. Picard, R. Fontaine, A. Guèvremont, R. Bédard, J. Pelletier, E. Lemaire, Ph. Paquette, J.-M. Roberge, G. Brady, A. Bergeron et L. Lahey.

 

Fidèle à sa devise, Nos institutions, notre langue, nos droits, la SSJB du diocèse de Nicolet se définit alors comme un organisme sans but lucratif distribuant ses bénéfices à la collectivité par l’entremise de divers projets relatifs à la promotion de la langue française, de l’histoire du Québec, de la pratique des arts et de la sauvegarde du patrimoine régional. Le rôle des sections paroissiales est de prolonger l’action de la Centrale dans tous les milieux du diocèse et de promouvoir l’éducation nationale et patriotique à l’occasion de divers événements, dont des concours de français et des parades. Dès le départ, la Société met sur pied une coopérative d’assurances, le Cercle des philanthropes (connu plus tard sous l’appellation Service d’entraide), qui assure la sécurité financière de l’organisme et du même coup sa pérennité.

 

En 1954, dans l’optique de réaliser ses objectifs, la SSJB du diocèse de Nicolet lance L’Écho, un bulletin périodique d’information sur l’actualité politique et les débats relatifs à l’usage de la langue française. En 1958, elle fait construire, à Drummondville, un immeuble de deux étages à l’angle des rues Saint-Damase et Notre-Dame afin d’y loger son bureau régional. L’Écho et le nouvel édifice, véritables symboles de l’enracinement de la SSJB dans la communauté, font la fierté de ses membres et permettent à l’organisme une plus grande expansion de ses activités.

 

Au cours des années 1960 et 1970, la SSJB du diocèse de Nicolet, comme plusieurs autres organismes, accorde ses orientations aux urgences nationales de l’heure. C’est ainsi qu’en 1969, elle adopte comme principal objectif la réalisation de la souveraineté du Québec et change son vocable pour La Société nationale des Québécois (SNQ) du Centre-du-Québec. Membre du Mouvement national des Québécois (MNQ), créé en 1972, la SNQ prend part à tous les débats dédiés à l’usage de la langue française et à l’avenir constitutionnel du Québec. Elle participe notamment, en 1974, à la Commission parlementaire sur le projet de loi 22, qui proclame le français langue officielle du Québec, et exprime publiquement, en 1982, son opposition catégorique au rapatriement de la Constitution canadienne.

 

En 1984, la Société fête son 40e anniversaire de fondation et reprend son appellation d’origine. Deux ans plus tard, elle se redéfinit finalement sous le vocable Société Saint-Jean-Baptiste du Centre-du-Québec (SSJBCQ). Depuis, la SSJBCQ poursuit sa mission de faire la promotion de la culture québécoise. L’édifice construit en 1958 sur la rue Notre-Dame abrite ses locaux jusqu’en 2015. La SSJBCQ a depuis pignon sur la rue Saint-Marcel, à l’angle de la rue Saint-Jean. Cette année, c’est sous la thématique Québec, emblème de notre fierté ! que sera célébrée notre Fête nationale. Bonne Saint-Jean-Baptiste à tous et à toutes !

Légende des photos selon leur ordre d’apparition

 

1. Défilé de la Saint-Jean-Baptiste au parc Woodyatt à Drummondville, en 1931. (SHD, Collection régionale ; IC-5.4C57)

2. Défilé de la Saint-Jean-Baptiste à Drummondville, vers 1950. (SHD, Fonds Fabrique Saint-Frédéric ; P281-001)

3. Défilé de la Saint-Jean-Baptiste à Drummondville, en 1959. (SHD, Fonds Pierre Dozois ; P184-025400)

4. Édifice de la Société Saint-Jean-Baptiste du diocèse de Nicolet, rue Notre-Dame à Drummondville, en 1958. (SHD, Fonds Pierre Dozois ; P184)

5. Membres de l’exécutif de la SNQ du Centre-du-Québec réunis à l’occasion du début des travaux d’aménagement du centre de Télé-Communautaire de Drummondville, en 1972. (SHD, Fonds Pierre Dozois ; P184-038029)

6. Liste des présidents de la Société Saint-Jean-Baptiste

 

 

Pour en savoir davantage sur le patrimoine de la MRC de Drummond, il suffit de consulter le www.patrimoinedrummond.ca.

admin-ajaxAdendart
Maison des arts Desjardins Drummondville

30 juin au

26 août

Les projets de la Meute

« Sylvia »

Théâtre

175, rue Ringuet

Drummondville

819 477-5412

www.artsdrummondville.com

Mouvement ESSARTS

17 juin

Sarah Toussaint-Léveillé

Chanson, à 19 h 30

18 juin

Guy Nadeau

« Espace québécois »

Sculpture

Vernissage, à 14 h

18 juin

Annie St-Jean, Andréanne Fréchette

« Les porteurs d’utopie rurale »

Installation

Vernissage, à 14 h

260, rang 10

Saint-Pie-de-Guire

450 784-2408

www.essarts.org

Pub Heriot

17 juin

C-Drik, Psykopas, LeMind, Styvy L’Tromatis,

PTHD + invités

« Tournée Productions Organizés »

Musique, à 21 h

23 juin

Fidel Fiasco

Musique, à 23 h

26 juin

Les Tavarneux

Musique, à 21 h

335, rue Heriot

Drummondville

819 850-0199

www.lepointdevente.com

La Sainte Paix

29 juin

Twist Cap, Sofa King et Addicted

Chanson, à 20 h

13 juil.

The Damn Truth, Rose Garage et 3 Headed Giant

Chanson, à 21 h

224, rue Heriot

Drummondville

819 850-4474

www.saintepaix.com

Galerie mp tresart

Jusqu’au

30 juin

Pierre Lemay

« Urbania »

Peinture, collage

Jusqu’au

30 juin

Exposition collective

« Je ne peins pas ce que je vois, je peins ce que je pense – Picasso »

Peinture, sculpture, photographie, mosaïque

9 août

Gaëtane Voyer

« Atelier de technique mixte »

Atelier, à 13 h

220, rue de l’Hôtel-de-Ville (route 116)

Durham-Sud

819 858-2177

www.galeriemptresart.com

Musée populaire de la photographie

Jusqu’au

30 juin

Chantal Bellefeuille

« Passages »

Photographie

Jusqu’au

30 juin

Sandra Des Trois Maisons

« Portes à portes »

Photographie

5 juil. au

3 sept.

Photographes variés

« Matshinanu – Nomades »

Photographie, archive

5 juil. au

3 sept.

Le monde en images

« Concours intercollégial de photo »

Photographie

217, rue Brock

Drummondville

819 474-5782

www.museedelaphoto.info

AXART

Jusqu’au

2 juil.

Pascale Doucet

« La langue des oiseaux »

Peinture

 

Jusqu’au

2 juil.

Membres de la Coop Axart

« Exposition collective »

Médiums variés

Jusqu’au 2 juil.

Élèves de l’APHD

« Ensemble, bâtissons une société plus inclusive »

Peinture

14 juil.

Artistes variés

« Challenge artistique »

Peinture en direct

Jusqu’au 31 oct.

Artistes variés

« La fête »

Exposition aérienne

219, rue Heriot

Drummondville

819 477-0278

www.axart.ca

Terrain des loisirs de Durham-Sud

7 juil.

Bleu Jeans Bleu

« Fabuleux Durham-Sud »

Chanson, à 20 h

130, rue Principale

Durham-Sud

Page Facebook

Maison de la culture de L’Avenir

24 août

Pascal Allard

« Jeudis en chansons SSJBCQ »

Chanson, à 19 h 30

624, rue Principale

L’Avenir

819 469-1614

www.maisondelaculturedelavenir.com

Galerie d’art Desjardins

Jusqu’au

27 août

José Luis Torres

« Bûcher des vanités »

Installation, sculpture

175, rue Ringuet

Drummondville

819 477-5518, poste 225

www.artsdrummondville.com

Espace-galerie

Jusqu’au

15 sept.

Étudiants du Cégep

« Casse-tête existentiel »

Peinture, technique mixte

 

960, rue Saint-Georges

Drummondville

www.cegepdrummond.ca

La Caisse, espace collaboratif

Jusqu’au 15 sept.

Artistes variés

Médiums variés

180, rue Saint-Damase

Drummondville

819 870-3030

www.lacaisse.net

Les cinémas RGFM

RGFM : 755, rue Hains

Capitol : 253, rue Lindsay

Drummondville

www.cinemasrgfm.com

Publié par la MRC de Drummond
436, rue Lindsay, Drummondville (Québec)  J2B 1G6
819 477-2230, poste 111      culturel@mrcdrummond.qc.ca

Avec l’appui financier du ministère de la Culture et des Communications du Québec

Responsable du contenu : Jocelyn Proulx
Mise en page : Jocelyn Proulx
Collaboration : Jean Dufresne

La reproduction du contenu de ce bulletin est autorisée avec mention de la source.

Transmettre une information ou un commentaire

Consulter les bulletins archivés